1 500 enfants ont reçu de fausses pastilles homéopathiques au lieu de vaccins salvateurs à New York

Agrandir / Des flacons contenant des comprimés pour remèdes homéopathiques sont exposés à la pharmacie Ainsworth le 26 août 2005 à Londres.

Une sage-femme new-yorkaise a administré près de 12 500 fausses pilules médicinales à environ 1 500 enfants au lieu de leur administrer les vaccins vitaux standards. Le Département de la Santé de l'État de New York a rapporté hier.

Janet Breen, sage-femme agréée qui dirige Baldwin Midwifery dans le comté de Nassau, a commencé à proposer des pastilles orales aux enfants au début de l'année scolaire 2019-2020, trois mois seulement après que l'État a éliminé les exemptions non médicales pour les vaccinations scolaires standard. Elle a obtenu les granulés auprès d'un homéopathe à l'extérieur de New York et les a vendus dans le cadre d'une série intitulée « Programme de prévention homéopathique True Immunity ».

Le programme prétendait à tort protéger les enfants contre les maladies infectieuses potentiellement mortelles couvertes par les calendriers de vaccination standards, notamment la diphtérie, le tétanos et la coqueluche (qui sont couvertes par le vaccin DTaP ou Tdap) ; Hépatite B; Rougeole, oreillons et rubéole (vaccin ROR) ; poliomyélite; Varicelle; Méningococcie; Hémophilus Maladie grippale (HiB); et la maladie pneumococcique (PCV).

L'homéopathie est une pseudoscience qui prétend à tort que des problèmes médicaux peuvent être traités ou prévenus par des dilutions rituelles extrêmes de substances toxiques qui provoquent les mêmes symptômes qu'une maladie ou un état particulier lorsqu'elles sont ingérées directement. Les produits homéopathiques sont souvent dilués au point qu’ils ne contiennent pas un seul iota de la substance d’origine. Certains homéopathes prétendent que les molécules d'eau peuvent avoir une « mémoire » de leur contact avec la substance, la conférant comme par magie des pouvoirs de guérison. Les produits homéopathiques ne fonctionnent pas mieux que les placebos, même si s'ils sont mal dilués, ils peuvent être nocifs, voire mortels.

READ  De nouvelles découvertes pourraient révéler la nature de la matière noire

En 2022, les autorités fédérales ont condamné un homéopathe californien à près de trois ans de prison pour avoir vendu des pastilles de vaccination contrefaites contre le coronavirus et falsifié les dossiers de vaccination contre le coronavirus. À New York, le projet de Brain a commencé avant la pandémie et n'incluait pas de pastilles COVID-19, ce qui pourrait lui épargner l'attention des régulateurs fédéraux.

Le ministère de la Santé de New York a supprimé tous les faux carnets de vaccination de Brin pour 1 500 enfants et contacte leurs parents ainsi que les écoles concernées. La plupart des enfants viennent de Long Island, mais certains viennent d’aussi loin que le comté d’Erie. Environ 300 écoles ont été touchées. Les enfants sont exclus de l’école jusqu’à ce que leurs parents fournissent la preuve qu’ils satisfont aux exigences en matière de vaccination.

Pendant ce temps, l'État a infligé une amende à Breen, qui a accepté une ordonnance de règlement qui lui interdit définitivement de fournir des vaccins et d'accéder au système d'enregistrement des vaccins de l'État, le système d'information sur la vaccination de l'État de New York. L'amende de l'État s'élève à 300 000 $. Breen a payé 150 000 $ et l'État a retenu le reste à condition qu'elle reste en conformité avec les ordonnances de l'État.

« Une fausse déclaration ou une falsification des dossiers de vaccination met la vie des gens en danger et sape le système en place pour protéger la santé publique », a déclaré le commissaire à la santé de l'État, James McDonald, dans un communiqué. « Soyons clairs, le Département de la Santé de l'État de New York prend cette question très au sérieux et enquêtera et utilisera tous les outils d'application à sa disposition contre ceux qui ont commis de telles violations. »

READ  Démence : les inhibiteurs de la pompe à protons (IPP) sont associés à un risque accru de « 44 % » de maladie cérébrale.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *