2 journalistes algériens arrêtés pour avoir publié une vidéo d’industriels manifestant

ALGER, Algérie (AP) — Les autorités algériennes ont arrêté deux journalistes pour avoir publié une vidéo d’hommes d’affaires protestant contre leur traitement lors d’un événement organisé par le gouvernement.

Les journalistes algériens sont confrontés à une répression croissante depuis l’arrivée au pouvoir du président Abdelmadjid Debon il y a quatre ans. De nombreuses chaînes d’information ont également fermé leurs portes en raison de l’augmentation des frais juridiques.

Sofian Girouz et Ferhat Omar du site d’information « Algérie Scoop » ont été arrêtés la semaine dernière pour ce que les autorités ont qualifié d' »incitation et de discours de haine », selon un rapport du Comité national pour la libération des prisonniers, un organisme de surveillance local. Samedi.

Dans la vidéo, lors d’un événement d’innovation organisé par le ministère de l’Éducation et de la Formation professionnelle, les fondatrices de start-up ont accusé le gouvernement de « honte » et d’« insulte ».

Jirus et Omar sont les rédacteurs en chef du Scoop algérien, agréé par le gouvernement en 2021, et directeurs du site Internet.

Le groupe Reporters sans frontières a récemment abaissé la note de l’Algérie à 139 sur 180 en 2024 dans son indice de liberté d’expression, tout en condamnant les « pressions exercées par le pays sur les médias indépendants et les menaces d’arrestation des journalistes ».

En juin, le site d’information populaire Radio M a annoncé qu’il cessait de paraître en raison de « conditions impossibles », tandis que son rédacteur en chef, Ihsaneh El Ghadi, a purgé une peine de cinq ans de prison après que sa société de médias ait été accusée d’avoir accepté des financements étrangers pour sa couverture. Ils critiquent souvent le gouvernement.

READ  L'organisme anti-fraude de l'Union européenne a accusé la française Marine Le Pen de fraude

Au cours du week-end, les autorités ont perquisitionné la librairie Libreri Gauraya, dans la ville de Bejaya, à 240 kilomètres à l’est de la capitale, où une séance de dédicace de son auteur français Dominique était prévue pour empêcher la vente de « Shared Kapilia ». Martre. Ils ont arrêté de nombreuses personnes, dont Martre, un éditeur algérien, ainsi que des journalistes et des militants.

Dans le livre, Martre raconte ses expériences d’enseignement du français dans la région montagneuse de Kabylie dans les années 1970.

Les personnes arrêtées ont été libérées dans la soirée, a déclaré à l’Associated Press l’avocat Mochrane Aide Labri – dont le frère journaliste faisait partie des personnes arrêtées.

Une répression de la liberté d’expression a eu lieu en Algérie alors que les élections se tiennent en septembre. Debon est susceptible de briguer un second mandat présidentiel.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *