3 jours depuis la victoire de Modi, on voit ce que ça va coûter

Le Premier ministre indien Narendra Modi s’adresse à ses partisans après la victoire du parti Bharatiya Janata aux élections générales du pays, à New Delhi le 4 juin 2024.
Moni Sharma/AFP via Getty Images

  • Narendra Modi est toujours au pouvoir, mais ses alliés peuvent désormais commencer à lui adresser des exigences.
  • Ces faiseurs de différence veulent des postes ministériels et un financement spécial, Gardien Et a rapporté Reuters.
  • C’est un changement radical par rapport à l’époque où Modi avait facilement remporté les élections précédentes sans avoir besoin de ses alliés.

Alors que le Premier ministre indien Narendra Modi travaille à former son prochain gouvernement, les calculs sont clairement différents de ceux de ses dix dernières années au pouvoir.

Les petites factions politiques alliées à son parti, le Bharatiya Janata Party, sont devenues cruciales pour son emprise sur le leadership indien. Les résultats des élections de mardi ont révélé que Modi n’aurait pas obtenu la majorité simple au Parlement s’il n’avait pas rejoint sa cause.

C’est un moment d’humilité pour le BJP, qui lors des deux dernières élections a facilement réussi à obtenir une majorité simple sans avoir besoin de ses alliés.

Cette année, il lui manque 32 sièges par rapport aux 272 sièges parlementaires nécessaires pour gagner. Le reste de sa coalition, l’Alliance nationale démocratique, a remporté 52 sièges supplémentaires pour Modi, ce qui signifie que la défection de plusieurs partis alliés pourrait perturber le déroulement des élections.

READ  National Geographic reconnaît l'océan Austral comme le cinquième océan

Et cela, ils ne le savent pas. Aujourd’hui, les médias internationaux qualifient de plus en plus ces petites factions de « faiseurs de rois », car elles se disputent des concessions importantes telles que des postes ministériels et un statut spécial pour leurs États.

Deux acteurs majeurs ici sont le Telugu Desam Party et le Janata Dal (United). Ils détiennent respectivement 16 et 12 sièges. Sans eux, l’alliance de Modi n’aurait obtenu que 265 sièges, soit sept de moins que la majorité.

On sait que les deux parties Les loyautés ont déjà changé Elle n’a rejoint Modi que dans les mois précédant les élections de 2024.

Reuters Le parti Telugu Desam recherche des fonds fédéraux pour achever des projets d’irrigation dans l’Andhra Pradesh et construire sa capitale, a-t-on rapporté jeudi, citant deux sources anonymes.

Hannah Elise-Petersen, correspondante du Guardian en Asie du Sud Elle a déclaré que le parti revendique également cinq postes ministériels et le poste de président du Parlement.

Pendant ce temps, le Janata Dal (United) réclame trois sièges ministériels, selon Ellis Pietersen.

Cela changerait radicalement la composition du gouvernement Modi, dans lequel cela s’est produit. Tous les postes ministériels sont occupés par des membres du BJP.

Port local Nouvel Express indien Le BJP envisageait déjà de licencier certains de ses anciens ministres, en particulier parmi un groupe de 19 ministres qui ont perdu à une large majorité lors de leurs élections cette année, a rapporté vendredi un journal.

Il y a environ 50 portefeuilles à pourvoir, mais les ministres occupent souvent plusieurs postes ou partagent des responsabilités, ce qui signifie qu’un cabinet typique compte un peu moins de 30 membres.

READ  Le Japon célèbre le dixième anniversaire de Fukushima

Cependant, Ellis Petersen écrit que le BJP a fixé des limites à ce qui peut être exigé.

Elle refuserait d’accepter que des postes clés dans les domaines de la défense, des finances, des affaires intérieures, des affaires étrangères, ou encore des transports, des autoroutes et des chemins de fer, soient attribués à quelqu’un d’autre que ses ministres.

Jusqu’à présent, Modi a gagné l’approbation de ses alliés Annoncer collectivement Cette semaine, ils formeront un nouveau gouvernement sous sa direction.

Cependant, les compromis sur la loyauté représentent un nouveau domaine pour le leadership de Modi et pourraient représenter une nouvelle ère dans la mesure dans laquelle il peut projeter sa vision sur le pays.

Il n’a pas eu non plus beaucoup de temps pour négocier. Modi a déjà présenté sa démission au président indien et devrait le faire Il a prêté serment pour son troisième mandat ce week-end.

Le Premier ministre a mené une vaste campagne La position croissante de l’Inde dans l’économie mondiale Il a promis de transformer le pays en centre manufacturier mondial. Il a prédit avec audace que le BJP remporterait 350 sièges, alors que sa coalition en a obtenu environ 400 cette année.

Avec sa victoire électorale, la bourse indienne est devenue beaucoup moins décisive que prévu Il a enregistré sa pire journée en quatre ans.

L’une des principales préoccupations des électeurs était le taux de chômage élevé, en particulier parmi les jeunes diplômés indiens. Le taux de chômage en Inde était de 8,1 % en avril, contre 7,4 % en mars Centre de surveillance de l’économie indienne.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *