4 hommes américains et 8 femmes parlent français

Lorsque le troisième tour de Roland-Garros débutera vendredi, il y aura quatre hommes des États-Unis dans le tableau – la plus grande équipe du pays à avoir atteint ce stade à Paris en 25 ans.

“Cela nous bat tous en perdant et en rentrant à la maison”, a déclaré l’un des membres du quatuor, Stevie Johnson, qui a remporté une paire de cinq cette semaine. “Certainement.”

Les autres hommes américains sont toujours dans le tirage : la tête de série #31 John Isner, la tête de série #32 Riley Opelka et Marcus Jeron.

Le pays compte huit femmes en vue du troisième tour – dont Serena Williams et Danielle Collins, qui s’affrontent vendredi – mais compte tenu de tous les titres majeurs qui se sont accumulés en Grand Chelem et des finales que Williams et d’autres Américains ont atteint ces derniers temps. années, il semble que Moins significatif, même s’il s’agissait du plus grand nombre à Roland-Garros en neuf ans en 2003.

“C’est bon à voir”, a déclaré Jennifer Brady, finaliste de l’Open d’Australie, qui a gagné jeudi pour préparer une rencontre 100 % américaine contre Coco Gauff, 17 ans. “Beaucoup d’entre nous sont restés du côté des dames. Et nous étions beaucoup du côté des hommes.”

un d

Il faut remonter à 1996 pour trouver autant d’Américains au troisième tour ; Une demi-douzaine est arrivée après ça.

Il n’y a pas eu plus d’un Américain au quatrième tour du tournoi sur terre battue depuis 2001, quand Andre Agassi et Michael Russell l’ont fait.

Il y en aura peut-être jusqu’à quatre cette fois-ci, mais ce ne sera pas facile.

READ  Le Centre STEM a été récemment lancé pour favoriser l'innovation parmi les étudiants

Considérez les adversaires : Opelka, 23 ans et résidente de Floride, affronte le n°2 Daniil Medvedev de Russie. Isner, 36 ans, qui vit à Dallas, affronte le n°5 Stefanos Tsitsipas de Grèce. Johnson, le Californien de 31 ans, affronte l’Espagnol Pablo Carreno Busta, 12e tête de série ; Jeron, 27 ans, de Californie, rivalise avec Cristian Garin n°22 du Chili.

“Chaque fois que les Américains gagnent, c’est une bonne journée, vous savez?”, A déclaré Opelka.

Dans ce cas, ils seraient tous dans le même quart d’égalité, donc s’ils gagnent tous vendredi, ils seront doublés dimanche : Isner contre Johnson, Obelka contre Giron.

un d

Leur succès cette semaine a créé un point de données préféré sur les types de statistiques dont ils entendent le plus à leur goût :

Aucun Américain n’a remporté de titre en simple du Grand Chelem depuis Andy Roddick à l’US Open en 2003.

Le 10 mai, aucun Américain n’était dans le Top 30 de l’ATP pour la première fois en près d’un demi-siècle de tennis informatisé.

etc etc etc.

“Ils aiment nous dire ce qu’il ne faut pas faire”, a déclaré Johnson, qui a remporté deux titres NCAA à l’USC. “Il n’y a pas de problème avec le tennis américain.”

En fait, la liste des 30 principaux faits est un peu arbitraire et trompeuse.

“C’est une image passagère”, a déclaré Eisner. “Il a définitivement fait un bon titre et de bons commentaires pour que les gens harcèlent le tennis masculin américain. Mais… nous y reviendrons.”

D’une part, Taylor Fritz – qui a quitté le terrain en fauteuil roulant avec une douleur au genou droit après avoir perdu au deuxième tour de Roland-Garros jeudi – est passé de la 30e à la 31e cette semaine-là. (Il est entré à Roland-Garros, avait 33 ans, Isner 34, Opelka 35).

READ  Le gardien brésilien affronte les champions actuels dans la première étape

un d

D’autre part, Isner n’a pas joué aussi fréquemment depuis le retour du tennis de la pause pandémique, préférant rester à la maison avec sa famille – il a deux enfants – plutôt que de se rendre à l’Open d’Australie et à ses événements précédents au début de la saison, par exemple .

« J’aimerais penser que si la tournée ne s’arrêtait pas et que je jouais avec un programme complet, je serais de retour dans le top 20 », a déclaré Isner, « parce que c’est vraiment tout ce que je sais depuis longtemps. temps.”

La finale de Wimbledon 2018 était vraiment un exemple de cohérence d’élite : au cours des 10 saisons de 2010 à 19, Isner a été l’un des trois seuls joueurs à remporter au moins 30 matchs et à terminer dans le Top 20 ATP chaque année.

les deux autres? Deux hommes nommés Novak Djokovic et Rafael Nadal.

Entreprise assez correcte.

“J’ai grandi en regardant Pete Sampras et Andre Agassi et Jim Courier – tous ces grands qui ont été numéro un au monde et tant de champions du Grand Chelem – et puis, après cela, les grands concurrents comme Andy Roddick et James Blake”, a déclaré Jeron, qui a été champion du simple NCAA 2014 à l’UCLA et a subi une opération à la cuisse deux ans plus tard, c’est un peu triste de voir que nous n’avons pas d’hommes dans le top 10. » Le groupe maintenant, nous sommes tous très compétitifs, et nous ne veux pas être là où nous nous classons. On pousse tous fort. Nous avons les compétences et la capacité de faire les mouvements.

READ  La France met en quarantaine les arrivées du Brésil, d'Argentine, du Chili et d'Afrique du Sud

un d

___

Plus d’informations sur AP Tennis : https://apnews.com/hub/tennis et https://twitter.com/AP_Sports

Copyright 2021 Associated Press. Tous les droits sont réservés. Ce matériel ne peut pas être publié, diffusé, réécrit ou redistribué sans autorisation.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *