À propos du « retour » de l’Algérie sur la scène internationale

Après une trentaine d’années de longs revers diplomatiques au cours de la « Décennie noire » et sous la houlette d’Abdelaziz Bouteflika, L’Algérie semble intensifier ses efforts pour revenir sur la scène régionale et internationale d’ici 2020. Et faire face à des périodes de disette où elle est concentrée et isolée par ses propres crises internes.

Selon le projet de plan d’action du gouvernement soumis à l’Assemblée populaire nationale en février 2020, « L’Algérie, sous la houlette du président Abdelmadjid Debon, adoptera une politique étrangère dynamique et volontariste qui garantira la place qui lui revient à sa carrière de puissance régionale. ».

Ce « lieu digne » a ensuite été expliqué par le chef de l’État dans un entretien à la télévision nationale algérienne le 8 août 2021. Affirme que l’Algérie a su retrouver sa « vraie place » sur la scène régionale et mondialeAinsi, Debon affirme que son pays peut retrouver le rôle qu’il a joué lorsqu’il « parlait au nom d’un tiers de l’humanité », « lorsque la Chine (le peuple) a rejoint l’ONU » ou « lors de la fin de l’apartheid en Afrique du Sud ». !

Indépendamment de cette glorification trompeuse du rôle diplomatique passé et présent de l’AlgérieIl est légitime de se demander si la nouvelle politique étrangère prônée par le gouvernement algérien a été en mesure de garantir à l’Algérie la place et le rôle qui lui revient dans le concert des nations.

Premièrement, cette promotion logique d’une « nouvelle politique étrangère » pour l’Algérie Elle se déroule dans un contexte de changements majeurs sur la scène politique internationale et dans l’environnement régional immédiat de l’Algérie, un environnement qui expose le pays à de nouveaux risques et défis.. Les événements qui ont secoué le monde arabe depuis 2011 ont conduit à la chute des dirigeants établis en Tunisie, en Égypte et en Libye et, par conséquent, à l’effondrement des structures étatiques en Libye et au Mali, deux États avec lesquels l’Algérie partage de longues frontières. Maroc.

READ  France 20586 nouveaux cas de COVID 19 hospitalisations continuent de baisser-ANI

Cela a laissé l’État du « million et demi de martyrs » confronté à de nombreux défis dans son environnement immédiat.Il s’agit notamment des fortes tensions avec le Maroc (1 559 km de frontière), qui a rompu unilatéralement ses liens, des crises diplomatiques avec le Mali (1 376 km), le Niger (956 km) et, plus récemment, la Libye (983 km), qui ont été rejetées. Le plan Maghreb de Debon, qui exclut le Maroc, ne mentionne pas la réconciliation avec Madrid, et la visite du ministre espagnol des Affaires étrangères José Manuel Alvarez à Alger après deux ans de crise a été reportée sans date et n’a rien évoqué de nouveau. La crise parisienne, alimentée par l’accueil de l’opposante algérienne Amira Bouroui en France, et la campagne politico-médiatique effrénée récemment lancée par le régime militaire au pouvoir à Alger contre Abou Dhabi, son désespoir, son impuissance et son seul but d’isolement.

Force est de constater que ces changements ont surpris les autorités algériennes dans cet environnement de grande incertitude sans précédent.. L’Algérie a donné l’impression d’être incapable d’assumer les responsabilités qu’exige le nouveau cadre géopolitique, non seulement en rejetant la main tendue de Sa Majesté le Roi Mohammed VI, mais aussi en rejetant toute stratégie commune sur la question malienne. . L’Algérie, sans les moyens de ses ambitions, a cherché à être un pays clé dans les affaires de sécurité régionale tout en poursuivant une diplomatie régionale exclusive jugée incompréhensible par de nombreux observateurs et dirigeants de la région.

Il convient également de noter que l’une des actions extérieures décisives à l’origine de ce « retour » sur la scène internationale a alimenté de fortes tensions entre l’Algérie et certains de ses partenaires traditionnels., le président algérien Abdelmadjid Tebboune a effectué une visite d’État de trois jours en Russie en juin dernier dans le but de rassurer le Kremlin et de renforcer la coopération bilatérale entre les deux pays. En raison de la situation internationale, la visite a été largement qualifiée d’inopportune, créant de graves répercussions au point que 27 membres du Congrès américain ont exigé que l’Algérie soit punie. Malgré les objections américaines, Debon a prononcé un discours de défi et a négocié des accords militaires et économiques dans un contexte de crise internationale entre Moscou et l’Occident.

READ  Pogba soulève les inquiétudes de la France après avoir quitté l'entraînement

Prendre des décisions irresponsables dans un environnement mondial de plus en plus polarisé et imprévisibleMis à l’écart du sommet de la Ligue arabe à Djeddah, ignoré des BRICS qu’il voulait rejoindre, confronté à une perte d’influence au Sahel, isolé sur la scène régionale, coupé de la réalité internationale, le régime militaire algérien rêve d’un retour en force. « Parlant au nom d’un tiers de l’humanité », sa voix ne peut aujourd’hui être entendue au sein de la Ligue arabe ni chez ses voisins africains et méditerranéens.

Un dirigeant politique agissant avec un sentiment d’État est sans doute soucieux d’interpréter plus minutieusement le comportement de ses alliés ou de ses adversaires., en tenant pleinement compte de son propre intérêt national, en évaluant soigneusement les risques et les opportunités et en décidant plus intelligemment des stratégies internationales de son gouvernement. Mais comment comprendre le comportement résurgent d’un acteur politique qui, au lieu de s’adapter aux nouvelles réalités géopolitiques, continue d’insister pour revenir à sa folie habituelle ; Faites-vous tout votre possible pour être seul dans son environnement, incertain de son avenir ?

Pour mieux comprendre les échecs persistants de la politique étrangère de l’Algérie pendant le mandat de l’actuel présidentIl ne suffit pas de mesurer le rythme de l’évolution rapide dans un monde en évolution rapide, ni de prendre en compte les défis économiques et politiques internes qui empêchent sans aucun doute le pays de jouer son rôle d’influence immédiat. Activer l’environnement et mettre en œuvre un engagement à combler le vide laissé par les années de sa retraite diplomatique.

READ  L'Algérie nomme un ambassadeur à Madrid 19 mois plus tard

Une approche « constructive » des relations internationales permet de comprendre la complexité du cas algérien, et dans une perspective constructiviste, les éléments étudiés en politique étrangère sont examinés comme des constructions sociales pour comprendre spécifiquement comment la culture politique des généraux, qui sont les véritables maîtres du pays, façonne leur comportement diplomatique. Par conséquent, le concept d’intérêt national, dans son sens constructif, découle de la représentation des États envers eux-mêmes et envers les autres, le système international et leur propre place, ainsi que de la représentation des autres au sein de ce système international.

Il serait donc pertinent d’aborder les représentations actuelles du rôle diplomatique actuel du régime algérien, autrefois considéré comme la « Mecque des révolutionnaires » et aujourd’hui présenté comme une « force de frappe » dans la bureaucratie algérienne. Discours. Mettre en lumière le rôle des pratiques représentationnelles et leurs implications dans la conduite de la politique étrangère d’Alger permet de cerner son imaginaire d’espace, de sécurité et de souveraineté, ainsi que la défense de l’identité du pays contre « l’ennemi ». En ce sens, le récit officiel « anticolonial » et « anti-impérialiste » définit l’identité nationale et sert simultanément à désigner un « ennemi » et à légitimer la mobilisation en cours contre cet « ennemi ». Ainsi, lorsque le pouvoir algérien qualifie ouvertement le Maroc de « pays ennemi », il ne fait que montrer l’importance de construire son identité face à cette hostilité envers le Royaume du Maroc.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *