Abolhassan Bani Sadr, ancien président iranien, est décédé à 88 ans

“Bani-Sadr a été actif au début des années 1960 dans l’émergence du Second Front national et a joué un rôle de premier plan dans sa section étudiante”, a déclaré l’historien irano-américain. Fakhruddin Azimi Il a dit dans une interview pour cette nécrologie. “Après la révolution, en tant que président dans les circonstances les plus défavorables, il a cherché à compter sur le soutien et la bonne volonté de Khomeiny, ainsi que sur sa popularité pour repousser ou ralentir la montée de la suprématie cléricale.”

Ses efforts, étant donné l’anarchie généralisée des forces laïques, réellement ou potentiellement favorables à lui, et la capacité du clergé à gagner Khomeiny, étaient voués à l’échec. Avec la perte du soutien de Khomeiny, son sort était scellé.

M. Bani-Sadr est né le 22 mars 1933 dans une famille de propriétaires terriens pieux à Hamedan, en Iran, considérée comme l’une des plus anciennes villes du monde. Après des études de droit, de théologie et de sociologie à l’université de Téhéran, il s’installe à Paris où il passe plusieurs années dans les années 1960 à étudier à la Sorbonne. Il s’est impliqué dans le mouvement étudiant et a dirigé les manifestations contre le régime de Shah Mohammad Reza Pahlavi.

Aucune information n’était disponible dans l’immédiat sur les survivants de Bani Sadr.

Dans les années 1970, Bani-Sadr a rencontré l’ayatollah Khomeini, un ami de son défunt père, qui était également clerc. Ils ont été réunis à Paris après l’exil de l’ayatollah Khomeiny en 1978.

Dans l’une des chutes politiques les plus remarquables du 20e siècle, le Shah a fui l’Iran le 16 janvier 1979. L’ayatollah Khomeini, qui avait dirigé la révolution depuis l’exil, est rentré chez lui deux semaines plus tard. Dans le gouvernement élargi mis en place par l’Ayatollah, M. Bani-Sadr a occupé le poste de sous-ministre des Finances, puis de ministre des Finances, et enfin de ministre des Affaires étrangères Avec la bénédiction de l’Ayatollah, M. Bani-Sadr a facilement a remporté l’élection présidentielle le 25 janvier 1980. Mais l’ayatollah a obtenu l’approbation de la constitution qui lui donne le pouvoir de révoquer les présidents quand il le souhaite. Au cours des dix-huit mois suivants, il dirigea l’ascension et la chute de Bani Sadr.

READ  Le modèle prédit que plus de 600000 Américains mourront du coronavirus d'ici le 1er juin

Au cours de ses premières semaines au pouvoir, Bani Sadr s’est efforcé de remettre de l’ordre dans le chaos laissé par la chute du gouvernement du Shah. Cependant, il fut bientôt distrait par la crise des otages.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *