Algeria Ventures Ventures et AIF lancent un fonds d’investissement de 10 millions de dollars

  • Algeria Venture (A-Venture) et Algeria Investment Fund (AIF) se sont associés pour lancer un fonds de capital-risque (VC) de 10 millions de dollars pour soutenir les startups.
  • Le partenariat vise à fournir un financement aux startups algériennes à toutes leurs étapes, de la création et de l’incorporation à l’accélération pouvant conduire à une introduction en bourse.

la source: Héros africains

Une convention a été signée à Alger entre l’Accélérateur algérien de startups (Algeria Venture) et le Fonds algérien d’investissement (FIA) pour financer des startups à différents stades de développement.

« L’objectif de cet accord est d’assurer le financement de toutes les phases de la vie de la startup, de la création et de l’incorporation à l’accélération pouvant conduire à une introduction en bourse », a déclaré Yassin Al-Mahdi Walid, ministre délégué auprès du Premier ministre responsable. L’économie de la connaissance et les startups lors de la cérémonie de signature.

Selon le ministre algérien des Finances, Abderrahmane Rawia, qui était présent à la cérémonie de signature, le Fonds arabe d’investissement, à travers cet accord, contribuera à diversifier les sources de financement des petites et moyennes entreprises et des start-up en servant d' »outil incitatif important pour ces entreprises ». . « 

Le Fonds d’investissement étranger a été créé en 2021 en coopération entre la Banque nationale d’Algérie (BNA) et la Banque extérieure d’Algérie (BEA), avec un capital de 11 milliards de dinars.

Rawiya affirme qu’il pourra « réunir l’argent qu’il consacrera au financement de l’économie nationale, notamment à travers les start-up et les petites et moyennes entreprises » année après année.

Pour sa part, Syed Ali Zerrougui, directeur général d’A-Venture, a déclaré que la signature de ce deal constitue une « nouvelle étape qualitative » dans l’accompagnement des startups, en leur fournissant des outils de financement « proportionnels à leur progression ».

Il a affirmé que « la startup a besoin de plus de financement pour le développement et l’exportation et ne veut pas se contenter des 20 millions de dinars que le Fonds algérien de démarrage (ASF) peut fournir ». Il ajoute : « Cela justifie la signature de l’accord avec le Fonds d’investissement arabe, qui peut accorder un financement pouvant aller jusqu’à 1,5 milliard de dinars, le premier du genre en Afrique pour un fonds public ».

Selon le directeur, cet arrangement « ouvrirait également la voie » à des fonds d’investissement étrangers avec lesquels A-Venture a signé des accords de coopération et sont prêts à dépenser « des centaines de millions d’euros » en Algérie.

Il a expliqué que cet accord aidera les startups algériennes à atteindre un niveau de maturité qui leur permettra d’absorber ces investissements étrangers.

Al-Hussein Jamal, directeur général d’AIF, estime que le lancement du fonds qu’il dirige arrive « au bon moment » pour « augmenter » et diversifier les moyens de financement des PME/PME et des start-up.

READ  Enquête: les économistes d'entreprise s'attendent à la meilleure croissance en 37 ans

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.