Algérie. Des milliers de personnes descendent dans la rue pour reprendre les manifestations anti-gouvernementales | Nouvelles | D.W.

Plus de 5000 personnes se sont rassemblées mardi dans la ville de Kerato, dans le nord de l’Algérie, pour marquer les deux ans du mouvement anti-Hirak qui a évincé le président le plus ancien du pays en 2019.

Les manifestants se sont rassemblés dans la ville où le mouvement a commencé à 200 kilomètres (125 miles) à l’est de la capitale, Alger, dans l’espoir de le relancer un an après que le virus corona ait été forcé de sortir des rues.

“Nous sommes venus renouveler Hirak qui a été arrêté pour des raisons de santé. Ils ne nous ont pas arrêtés. Nous nous sommes arrêtés parce que nous prenons soin de notre peuple. Aujourd’hui, le virus corona est terminé et nous allons récupérer Hirak”, a déclaré un manifestant à Nasima Reuters.

Les manifestants ont agité des drapeaux algériens, scandant «Un gouvernement civil, pas un État militaire» et «la foule doit partir».

Qu’est-ce que le mouvement Hirak?

Les manifestations du Hirak ont ​​réussi à évincer l’ancien président Apologize Bouteflika, mais des dizaines de milliers de manifestations se sont poursuivies.

Les manifestants ont appelé à “la liberté de la presse et la liberté d’expression”.

Ils ont appelé à l’élimination complète de l’élite politique algérienne et ont appelé à une élection partielle après la démission de Bouteflika.

Abdelmadjit Deboub, élu lors du référendum de décembre 2019, a salué le mouvement Hirak mais n’a pas réussi à mettre en œuvre des réformes majeures.

Environ 70 personnes sont actuellement en prison pour leur implication dans les manifestations du Hirak, selon le Groupe de soutien aux prisonniers du CNLT.

READ  Wang Yi: la Chine prête à aider l'Éthiopie algérienne avec le vaccin COVID-19

Kareem Tabu, une figure clé des manifestations, a également été condamné à un an de prison à Kerato en décembre pour «atteinte à la sécurité nationale».

Que veulent les manifestants?

Hirak est un mouvement sans chef, mais les partisans sont enfermés pour discuter en ligne de la manière de relancer les manifestations sous le lock-out COVID-19 en Algérie.

De petites manifestations ont eu lieu dans tout le pays ces dernières semaines pour marquer le 22e anniversaire des premières manifestations à l’échelle nationale.

“Il s’agit d’un processus révolutionnaire pour un objectif plus précis, le départ du régime, de tout le régime et de tous ses éléments”, a déclaré à Reuters un autre manifestant, Hamid.

Le mouvement cherche à changer le système politique du pays, en place depuis l’indépendance de la France en 1962.

ab / aw (Reuters, AFP)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *