Algérie: des tactiques répressives ciblent les militants du Hirak pendant deux ans

Amsterdam International a déclaré dans un nouveau communiqué publié aujourd’hui que les autorités algériennes visaient des dizaines de manifestants, journalistes et militants pour avoir participé à des manifestations pacifiques et exprimé des opinions politiques sur les réseaux sociaux.

Dans le cas de 73 militants du Hirak, manifestants ou journalistes, le procès d’Amnesty International, comment ils ont été arbitrairement arrêtés, poursuivis et, dans certains cas, condamnés à de longues peines de prison sur la base de dispositions légales punissables par des propos ambigus au cours des deux dernières années. Dans certains cas, les militants ont été soumis à des fouilles téléphoniques intrusives ou renvoyés par leur employeur pour poursuites. Certains ont signalé des actes de torture ou d’autres mauvais traitements.

Le 18 février, le président du pays, Abdelmadjit Deboun, a annoncé dans un discours qu’il avait annoncé des élections législatives anticipées et ordonné la libération de dizaines de manifestants qui avaient été détenus pour avoir participé au mouvement anti-Hirak ou dans des publications en ligne sur les réseaux sociaux. Au moins 37 personnes ont été libérées les 19 et 20 février, mais 31 sont toujours en prison, selon le Comité national pour la libération des prisonniers, un groupe de surveillance local.

Parmi les personnes libérées se trouvait l’éminent journaliste Khalid Trainee, qui a été condamné à deux ans de prison pour avoir couvert le mouvement anti-Hirak et a participé à la campagne d’Amnesty International pour les droits des droits.

<< Les conclusions d'Amnesty International sont la preuve d'une stratégie délibérée des autorités algériennes pour réprimer la dissidence, qui réside dans les promesses des autorités de respecter les droits humains. Il n'existe pas l'intention d'un gouvernement de censurer son propre peuple pour avoir censuré et exprimé des critiques. opinions sur les réseaux sociaux », a déclaré Amna Quelli, directrice adjointe d'Amnesty International pour l'Afrique de l'Est et du Nord.

READ  Le Maroc se prépare à la présidence algérienne du Conseil de paix et de sécurité de l'Union africaine

«Beaucoup de ceux qui ont été graciés par le président Debén ces derniers jours sont des militants pacifistes, ils ont exercé leur droit à la liberté d’expression et le droit de réunion, et ils ne devraient jamais être détenus en premier lieu.

Beaucoup de ceux qui ont été graciés par le président Debén ces derniers jours sont des militants pacifistes qui ont exercé leur droit à la liberté d’expression et le droit de réunion, qui ne devraient jamais être détenus.

Amna Quelli, Amnesty International

<< Le gouvernement algérien doit libérer immédiatement et sans condition tous les manifestants, militants ou journalistes pacifiques qui ont été poursuivis ou détenus pour avoir exprimé leurs opinions ou manifesté pacifiquement. Nous demandons aux autorités algériennes de ne pas violer nos droits à la liberté d'expression, en ligne ou hors ligne et à réunion pacifique. »

Les conclusions d’Amnesty International comprennent:

  • Au cours des deux dernières années, au moins 73 personnes ont été la cible d’arrestations arbitraires, de poursuites et, dans certains cas, de peines de prison plus longues fondées sur des dispositions du droit pénal contenant des termes vagues tels que “préjudice” ou “préjudice” à la sécurité ou aux intérêts nationaux. . «Incitation» à des officiers ou à une foule non armée;
  • Les lois nouvellement ajoutées qui criminalisent les «fausses nouvelles» ou violent les procédures pénitentiaires lors d’urgences sanitaires ont été utilisées pour poursuivre un certain nombre d’activistes qui ont appelé à la reprise du mouvement anti-gouvernemental ou critiqué la manière dont les fonctionnaires ont répondu au COVID-19 épidémie.
  • Dans de nombreux cas, des manifestants, des journalistes et des militants, la police ont fouillé leurs téléphones. Lors de l’examen des documents judiciaires, dans certains cas, les juges ont utilisé des informations trouvées dans des applications d’actualités privées pour porter des accusations contre eux, en plus de poursuivre les publications publiques sur Facebook.
  • Au moins sept activistes en ligne et manifestants pacifiques ont perdu leur emploi ou ont été licenciés par leurs employeurs pour avoir poursuivi en justice.
  • Les autorités judiciaires n’ont pas enquêté sur les allégations de torture détenues par deux militants du Hirak.
READ  Mahrez parle de l'avenir de Man City et révèle le moment le plus difficile de sa vie

Fond

Le 22 février 2019, des manifestations de masse pacifiques à grande échelle ont eu lieu dans toute l’Algérie, initialement contre le président de l’époque Apologiz Bouteflika. Après la démission de Bouteflika, les manifestations ont appelé à une refonte radicale du système politique.

En décembre 2019, Abdelmadjit Deboun a été élu président et a promis que son gouvernement “renforcerait la démocratie, l’état de droit et le respect des droits de l’homme”.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *