Algérie : le Fonds monétaire international dresse un sombre tableau de l’économie

Le Fonds monétaire international (FMI) a brossé un sombre tableau de l’économie algérienne, qui a été affaiblie par les déséquilibres macroéconomiques exacerbés par la pandémie de COVID-19 et a besoin de réformes structurelles urgentes pour maintenir la stabilité.

Le Fonds monétaire international a déclaré dans un communiqué de presse publié lundi à la suite d’une visite en Algérie que « la pandémie de coronavirus et la baisse concomitante de la production et des prix du pétrole ont gravement affecté l’économie l’année dernière, entraînant une forte contraction du PIB réel de 4,9%. ” en 2020 “.

La pandémie a également révélé les faiblesses de l’économie algérienne. Les experts du FMI ont souligné que les déséquilibres macroéconomiques de longue date laissaient aux décideurs politiques beaucoup moins de marge de manœuvre.

Le Fonds monétaire international a souligné que « la politique budgétaire expansionniste qui a été suivie au cours des dernières années a contribué à l’augmentation du déficit du compte courant extérieur, malgré les politiques de pression sur les importations, et a conduit à l’émergence d’importants besoins de financement qui ont été largement satisfaits grâce à la Banque centrale.”

Le fonds a déclaré que le déficit budgétaire et extérieur de l’Algérie s’était encore creusé en 2020 et que les réserves internationales du pays avaient diminué, passant de 62,8 milliards de dollars en 2019 à 48,2 milliards de dollars fin 2020.

« Il est urgent de recalibrer les politiques économiques pour remédier aux déséquilibres macroéconomiques, tout en protégeant et en renforçant le soutien aux plus vulnérables », a ajouté la SFI.

Il appelle à des réformes fondamentales pour améliorer la transparence et la gouvernance des institutions juridiques, financières et monétaires dans l’ensemble du secteur public et réduire les obstacles à l’entrée dans le secteur formel.

READ  Le chef du NAB « optimiste » sur les perspectives économiques ; Faibles créances douteuses

L’inflation annuelle moyenne en Algérie s’est accélérée à 4,1% en juin 2021 en raison de la hausse des prix alimentaires internationaux couplée à la sécheresse, alors que la croissance devrait rester faible, à moyen terme, en raison des restrictions sur la production d’hydrocarbures, il a été décidé de réduire l’investissement en 2020. Et les politiques actuelles qui restreindraient le crédit au secteur privé.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *