Algérie – Un érudit islamique a été condamné à trois ans de prison pour “insulte à l’islam”

  • Saeed Jbeil Khair a été condamné à trois publications sur Facebook mettant en cause la validité de certains aspects de la foi islamique
  • Le chercheur est la cible de menaces de mort datant de plus de dix ans
  • «Les tribunaux algériens n’ont pas compétence pour juger des croyances et des opinions religieuses des gens» – Amna Gollali

Un expert islamiste bien connu en Algérie a été condamné à trois ans de prison pour avoir “insulté” l’islam pour des propos qu’il a publiés sur Facebook, qu’Amnesty International a qualifiés de “violation flagrante du droit à la liberté d’expression et à la liberté de croyance”.

Dans trois publications sur Facebook en janvier 2020, Saeed Jbeil a fait des comparaisons entre les célébrations de l’Aïd al-Adha et du Nouvel An berbère, qualifiant certaines histoires du Coran de «mythes» et affirmant qu’il considérait certains hadiths comme «fabriqués».

Aujourd’hui, le tribunal de première instance de Sidi Mohamed l’a condamné pour «insulte au messager de l’islam» et «insulte à la doctrine ou aux enseignements de l’islam» en vertu de l’article 144 bis du code pénal algérien. Le tribunal a condamné Jbeil Khair à trois ans de prison mais n’a pas émis de mandat d’arrêt, il n’a donc pas encore été arrêté. Les avocats feront appel de la décision.

Les accusations ont été portées après qu’un enseignant de l’Université de Sidi Bel Abbas, qui estimait que les publications de Jbeil Khair sur Facebook violaient les enseignements religieux, a porté plainte contre lui devant le juge d’instruction du tribunal de Sidi Mohamed.

Byblos Khair a déclaré à Amnesty International qu’il n’avait pas été informé de son procès et qu’il ne l’avait appris que lorsque ses amis l’avaient alerté en janvier 2020. Le chercheur a déclaré que lors de l’enquête complète menée par le juge Sidi Mohamed, il n’avait pas été convoqué à un interrogatoire. Il n’a pas non plus été informé de la date de son procès et ne l’a appris que par le biais de publications sur Facebook. Son procès a eu lieu au tribunal de Sidi Mohamed le 1er avril.

READ  Comment regarder Diamond League Bislet 2021

Pendant des années, Byblos Khair a été victime de harcèlement en ligne et hors ligne pour avoir exprimé pacifiquement ses opinions. Il a déclaré à Amnesty avoir reçu de nombreuses menaces de mort sur Facebook depuis son adhésion en 2007.

Amna Al-Qalali, directrice adjointe du Moyen-Orient et de l’Afrique du Nord à Amnesty International, a déclaré:

«Il est scandaleux que Saeed Jabel Kheir risque trois ans de prison simplement pour avoir exprimé son point de vue sur des textes religieux.

«Punir quelqu’un pour son analyse des croyances religieuses est une violation flagrante du droit à la liberté d’expression et à la liberté de croyance – même si les commentaires sont considérés par d’autres comme offensants.

«Les tribunaux algériens n’ont rien à voir avec le jugement des croyances et opinions religieuses du peuple. La condamnation de Said Gabel Kheir devrait être immédiatement annulée. Toute disposition du code pénal algérien criminalisant le droit à la liberté d’expression, d’opinion et de croyance devrait être abrogée. “