Arrestations à Paris alors que des milliers de personnes participent aux manifestations du 1er mai dans toute la France

Des manifestants vêtus de vêtements noirs et cagoulés se sont affrontés à la police à Paris samedi alors que des milliers de personnes se joignaient aux manifestations traditionnelles du 1er mai dans toute la France pour exiger la justice sociale et économique et exprimer leur opposition aux projets du gouvernement visant à modifier les allocations de chômage.

La police a arrêté 34 personnes dans la capitale, alors que des poubelles avaient été incendiées et que les fenêtres d’une succursale bancaire avaient été brisées, retardant la marche pendant un certain temps.

Les syndicalistes ont été rejoints par des membres du mouvement des «gilets jaunes» qui a lancé une vague de manifestations antigouvernementales il y a trois ans, ainsi que par des travailleurs de secteurs durement touchés par des restrictions épidémiques telles que la culture.

Les manifestants, portant pour la plupart des masques conformes aux règles du virus Corona, portaient des banderoles sur lesquelles on pouvait lire «les dividendes, pas les allocations de chômage, ce sont les revenus des paresseux» et «Nous voulons vivre, pas vivre».

La police d’État de Dee, qui a déployé 5 000 agents à Paris, a déclaré qu’elle avait empêché les anarchistes de la «masse noire» de former un groupe.

“Beaucoup d’argent ira à ceux qui ont beaucoup et moins à ceux qui n’ont rien comme prévu dans le plan de réforme de l’assurance chômage que nous voulons abolir”, a déclaré Philippe Martinez, président du syndicat CGT.

Environ 300 marches ont eu lieu dans des villes comme Lyon, Nantes, Lille et Toulouse.

Le chef d’extrême gauche Jean-Luc Mélenchon et la dirigeante d’extrême droite Marine Le Pen, qui prévoient de défier le président Emmanuel Macron lors de l’élection présidentielle de l’année prochaine, ont assisté aux événements de la fête du Travail.

“Mon souhait est que la classe ouvrière soit libérée de la peur du chômage”, a déclaré Millenchon lors d’un rassemblement à Lille, ajoutant qu’il espérait revenir dans la ville du nord en tant que président.

Le Pen, qui avait auparavant déposé une gerbe à Paris sur la statue de Jeanne d’Arc, symbole national de son parti, a mis en garde contre un “chaos complet” si Macron était réélu.

Macron, un ancien banquier d’investissement qui a remporté la présidence en 2017 en promettant une nouvelle façon de faire de la politique, a vu son programme de réforme s’embourber dans des batailles avec les syndicats, tandis que la pandémie a stoppé sa réforme des retraites.

La France, qui a le huitième plus grand nombre de décès dus au coronavirus au monde, commencera à lever les troisièmes restrictions de verrouillage de l’épidémie à partir de lundi après la baisse des taux d’infection.

Nos critères: Principes de confiance de Thomson Reuters.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *