Arrêté en France alors que la flamme olympique traverse Bordeaux pour des dossiers de meurtres en Californie

Un homme qui avait publié sur Internet un article sur un carnage meurtrier en Californie en 2014 a été arrêté et a déclaré aux enquêteurs de la police qu’il envisageait de commettre sa propre attaque, a déclaré un avocat français.

Le ministre français de l’Intérieur, Gérald Dorman, a publié sur son site de réseau social X : « La police a arrêté un homme qui préparait un acte violent lors du relais de la flamme olympique à Bordeaux ».

On ne sait pas exactement quel est le plan de l’homme et sa destination possible.

Un média français lié au tweet du ministre a indiqué que le jeune homme de 26 ans soupçonnait « un massacre » prévu jeudi, alors que la flamme olympique traverse la région bordelaise pour arriver dans la ville, sa dernière étape. Une randonnée d’un mois avant l’ouverture des JO de Paris le 26 juillet.

Mais la procureure de Bordeaux, Frédérique Porterie, a déclaré dans une déclaration à l’Associated Press que si le suspect arrêté « a admis avoir envisagé de commettre un acte » à la suite d’une agression, l’homme n’avait pas pris de décision. Une cible potentielle.

« Aucune référence n’a été faite à la flamme olympique », a précisé l’avocat.

READ  Le retrait de la Russie du système Swift suscite des soupçons sur l'accord d'armement de l'Algérie

Selon ses proches, il est psychologiquement très faible. Cependant, le psychiatre désigné n’a révélé aucun trouble particulier », écrit-il.

Il a identifié l’homme comme étant Alex G par son prénom et a déclaré qu’il vivait dans la région bordelaise et qu’il n’avait pas de casier judiciaire.

Elliott Rodger, 22 ans, a été arrêté mardi après ce que les procureurs ont décrit en ligne comme « un message inquiétant » lorsqu’il a tué six étudiants de l’Université de Californie le 23 mai 2014 à Santa Barbara, en Californie, citant de multiples meurtres. .

Un avocat bordelais a déclaré que les enquêteurs de la police avaient trouvé des preuves selon lesquelles le suspect arrêté était intéressé par un groupe misogyne en ligne connu sous le nom d’« incels » ou « célibataires involontaires ».

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *