Association avec les systèmes politiques hôtes

La Chine devient rapidement l’un des constructeurs d’infrastructures les plus importants d’Afrique, et l’influence des constructeurs chinois s’étend aux villes, villages et villages du continent.

Avec le lancement de la politique « Go Global » de Pékin en 2000 et l’initiative Belt and Road du président Xi Jinping en 2013, le nombre de routes, de ponts, de voies ferrées, de centrales électriques et d’autres infrastructures construites par la Chine a considérablement augmenté. Le nombre de contrats à l’étranger signés par des entreprises chinoises a plus que doublé, passant de moins de 6 000 en 2004 à près de 12 000 en 2019.

En 2019, les entreprises chinoises ont remporté plus de 250 milliards de dollars de contrats d’infrastructure dans le monde, payés par le gouvernement chinois, les institutions internationales et les gouvernements hôtes. Les entreprises chinoises ont remporté plus de 30 % des travaux publics Des contrats financés par la Banque mondiale, l’un des plus grands bailleurs de fonds d’infrastructures au monde.

Les archives chinoises montrent également que le nombre de ressortissants chinois envoyés pour travailler sur des projets d’infrastructure a presque quintuplé, passant d’un total mondial de 79 000 en 2002 à 368 000 en 2019 (avec un pic de 405 000 en 2015). Parmi ceux-ci, environ un quart a été enregistré en Afrique subsaharienne, tandis qu’un tiers a été enregistré dans la région du Moyen-Orient et de l’Afrique du Nord.

La présence d’un grand nombre de travailleurs chinois travaillant sur ces projets est l’un des aspects les plus controversés de l’engagement économique de la Chine avec l’Afrique et le reste du monde.

Les travailleurs chinois ont été accusés de saisir les opportunités d’emploi des résidents locaux, de saper les normes du travail en étant disposés à travailler plus d’heures et moins de jours de repos, et d’être une source de conflits culturels. 2021 Analyse dimensionnelle À partir des pratiques de travail chinoises en Afrique, il a trouvé des preuves de relations de travail tendues motivées en partie par des pratiques telles que le travail le week-end et les réglementations en matière de logement résidentiel. C’est une pratique courante en Chine mais pas dans de nombreuses économies africaines.

READ  L'Allemagne anéantit les espoirs des entreprises d'une réouverture rapide de l'économie | Reuters | Entreprise

Cependant, la controverse sur les travailleurs chinois minimise l’importance de l’agence des gouvernements hôtes. Après tout, ils édictent des lois locales et délivrent des visas d’affaires.

notre Recherche La couverture de 195 pays a exploré si différents types de systèmes d’accueil étaient plus ou moins susceptibles d’autoriser les travailleurs chinois ou de forcer les entreprises chinoises à embaucher localement. Nous avons constaté que les gouvernements démocratiques étaient plus susceptibles de limiter le nombre de travailleurs chinois dans le secteur des infrastructures face à une opposition nationale potentielle à ces travailleurs. L’inverse était vrai dans les pays plus autoritaires.

Cela signifie que les avantages économiques à long terme apportés par les infrastructures chinoises sont susceptibles d’être limités dans les pays autoritaires. Cela soulève également la possibilité que le mécontentement intérieur face au manque d’opportunités d’emploi puisse compliquer les relations politiques entre la Chine et le pays hôte.

Les constructeurs d’infrastructures chinois à l’étranger

Avant Recherche Montrez que les entreprises chinoises sont disposées à faire venir leurs propres travailleurs parce qu’ils nécessitent moins de formation, travaillent plus efficacement et aident à éviter les problèmes difficiles de relations de travail. Cependant, le nombre de travailleurs chinois varie beaucoup selon les différents pays d’accueil. Par exemple, l’Algérie a longtemps accueilli un grand nombre de ressortissants chinois pour construire des infrastructures. D’autres pays, comme le Ghana, en ont relativement peu, bien que la Chine joue un rôle important dans le secteur des infrastructures du pays.

Il y a eu remarquablement peu de recherches quantitatives sur les facteurs qui déterminent le nombre de travailleurs chinois réalisant des projets d’infrastructure dans différents pays. Notre recherche, utilisant des données recueillies à partir d’annuaires statistiques chinois (dont beaucoup ne sont disponibles qu’en Chine continentale), vise à combler ce manque de connaissances.

READ  L'économie de la Biélorussie: ce que vous devez savoir

Le point de départ de notre recherche était que la manière dont les décideurs politiques évaluent et poursuivent leurs intérêts est importante. Dans les démocraties, les gouvernements subissent davantage de pressions pour s’assurer que les projets de construction créent des emplois locaux. Ils courent le risque que des groupes d’opposition utilisent la présence de travailleurs étrangers comme un enjeu pour attiser l’opposition au gouvernement. Par conséquent, ils sont susceptibles de contraindre les entreprises chinoises à embaucher localement, quitte à terminer les projets plus lentement.

En revanche, les autocrates ne subissent pas les mêmes pressions électorales. Au lieu de cela, leur intérêt réside dans la réalisation rapide et efficace des projets de construction. Cela renforce leur «légitimité basée sur la performance» – les citoyens les acceptent parce qu’ils font avancer les choses. Les travailleurs étrangers, qui sont politiquement neutres, offrent un moyen pratique de le faire.

Guider

Notre analyse a utilisé des données recueillies auprès de 195 pays et régions d’accueil. Il montre des preuves empiriques solides que les démocraties accueillent beaucoup moins de travailleurs chinois que les régimes autoritaires, toutes choses étant égales par ailleurs. Les résultats sont conservés à l’aide de différentes techniques de modélisation statistique.

Nous avons également exploré deux études de cas : le Ghana et l’Algérie.

Au Ghana, une démocratie dynamique, nous constatons que les deux principaux partis politiques du pays sont sous pression pour s’assurer que les projets construits par les Chinois créent des emplois locaux. Par exemple, dans la construction du barrage de Bui, l’accord entre Sinohydro, le géant public chinois, stipulait que le projet devait être achevé, et le gouvernement ghanéen stipulait qu’un certain pourcentage de la main-d’œuvre serait locale.

READ  L'économie a « franchi un cap » alors que le Royaume-Uni sort de la récession

Contrairement à de nombreux gouvernements, le Ghana a tendance à limiter les travailleurs étrangers dans la pratique ainsi que sur le papier.

En Algérie, en revanche, la main-d’œuvre chinoise a été utilisée pour achever rapidement des projets considérés comme politiquement opportuns. L’Algérie est un régime « hybride » dirigé par un seul homme, Abdelaziz Bouteflika, de 1999 à 2019. Même lorsque le mécontentement local à l’égard des travailleurs chinois a conduit à des mesures visant à freiner leur présence, ces mesures n’ont pas été mises en œuvre.

Pourquoi est-ce important

Nos résultats ont plusieurs implications importantes. Premièrement, l’agence du pays hôte est importante. Les gouvernements hôtes ont le pouvoir de veiller à ce que les entreprises chinoises soient employées localement.

Deuxièmement, les projets qui embauchent localement peuvent apporter des avantages économiques à plus long terme aux pays d’accueil. Cela peut se produire directement par les emplois qu’ils créent et par le transfert de connaissances et de technologies à l’ensemble de l’économie. Notre analyse suggère donc que les avantages de développement plus larges de l’infrastructure chinoise peuvent en fait être plus forts dans les démocraties que dans les régimes autoritaires.

Enfin, il y a des implications pour la politique étrangère et les relations diplomatiques de la Chine. De nombreux citoyens chinois vivent dans des États autoritaires où ils peuvent être bien accueillis par les dirigeants mais ressentis par la population locale.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *