Avis | Conversations et réflexions sur le moment.

crédit…Benjamin Krimmel/AFP – Getty Images

En effet, les observateurs politiques ont soif d’un récit : plus il est global, mieux c’est. Alors que les élections américaines sombrent dans le chaos, les libéraux américains qui cherchent de l’autre côté de l’Atlantique à la recherche d’un certain contexte verront la sonnette d’alarme sonner. En France, les élections anticipées à l’Assemblée nationale se sont soldées par une triste victoire au premier tour de Marine Le Pen, longtemps ennemie du libéralisme européen, et une défaite humiliante pour le président Emmanuel Macron, qui était une caricature de l’élite continentale.

Mais en Grande-Bretagne, une nouvelle élection anticipée surprise, qui aura lieu jeudi, produira probablement un résultat très différent, compliquant les efforts visant à trouver une signification unique à cette élection. « Année de la démocratie » Plus de la moitié de la population mondiale devrait se rendre aux urnes d’ici décembre.

À l’heure actuelle, les élections britanniques devraient aboutir à la plus grande victoire du parti travailliste dans une démocratie mature depuis au moins une génération. Les dernières prévisions indiquent que le Parti travailliste remportera une écrasante majorité aux élections. Il dit Une majorité parlementaire de 3 contre 1 est non seulement possible, mais probable. Suggérer Une marge de 4 contre 1 est raisonnable, et les efforts des conservateurs pour avertir les électeurs de la prochaine majorité de gauche Il semble que cela se soit retourné contre moice qui les rend plutôt plus enclins à soutenir le Parti travailliste.

Keir Starmer, le Premier ministre présumé, a mené une campagne nettement anti-populiste : ceux qui évaluent les programmes de chaque parti ont mâle En fait, les travaillistes promettent de dépenser moins que les conservateurs – ce qui signifie qu’une victoire travailliste pourrait encore équivaloir à une mise en accusation des conservateurs britanniques plutôt qu’à un soutien aux progressistes. (Le parti ne devrait remporter qu’environ 40 % des voix nationales lors d’élections à faible taux de participation.) Mais après 14 ans de règne conservateur, un Parlement travailliste à 3 contre 1 ou 4 contre 1 constituerait encore une transformation véritablement historique.

READ  Que se cache-t-il sous le volcan Yellowstone ? Deux fois plus que Magma ne le pensait

Ces résultats semblent contradictoires et nous rappellent que les élections dans tout pays sont complexes, étranges et conditionnelles. Mais prises ensemble, les deux élections semblent également confirmer que le grand thème de la politique mondiale actuelle n’est pas exactement la droite ou la gauche, mais plutôt une opposition ouverte au pouvoir établi.

Pour l’heure, tous les regards inquiets sont tournés vers la France. Mais ces élections, dont le second tour aura lieu cette semaine, ne seront peut-être pas simplement un référendum sur le nationalisme sanglant de Le Pen au XXIe siècle. Cela en dit aussi long sur le défaut stratégique sous-jacent de la politique des partis français et sur la faiblesse du pouvoir de l’ancien establishment, qui est évident dans de nombreux endroits hors de France.

En fait, le parti du Rassemblement national de Le Pen est dans une position plus forte que jamais, mais lors des élections précédentes, ses candidats l’ont emporté au second tour après que leurs opposants se soient unis dans une alliance pour les vaincre. Cette fois, les frictions entre le troisième parti de Macron et le Nouveau Front populaire progressiste (qui a terminé deuxième au premier tour) ont rendu plus difficile la formation d’une alliance – un signe inquiétant que l’establishment français pourrait désormais préférer une victoire de l’extrême droite. à une alliance avec la gauche. Sur la dérive vers les marges du centre-droit bourgeois sur le continent.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *