Berlin – The Hollywood Reporter

« Quand j'ai entendu qu'Emmanuel Macron voulait restituer le bien qui avait été pris à l'Afrique coloniale, j'ai réalisé pour la première fois que rien de tout cela n'était là où il devrait être », a déclaré Madi Diop à propos de son documentaire. DahomeyPremière au Festival du Film de Berlin.

Le document raconte l'histoire de l'art africain pillé au Royaume du Dahomey au XIXe siècle, à la suite de 26 objets transportés de France au Bénin après que le président français Macron avait promis de les restaurer en 2017. Les rois, le roi Glale et le roi Behansin, et leurs trônes. (Le royaume du Dahomey apparaît dans l'épopée historique de Viola Davis La femme est roi.)

« Au cœur de ce que je fais en tant que cinéaste, il y a toujours la question de la restitution de ces objets pillés », a déclaré Diop par l'intermédiaire d'un traducteur lors d'une conférence de presse à Berlin dimanche. «Je travaille sur de tels films depuis 10 ans. Il m'a fallu beaucoup de temps pour bien comprendre ce que cela signifiait réellement : la restauration d'œuvres d'art au sens concret, restituées par la France. C'est une des raisons pour lesquelles je suis cinéaste. Je veux permettre aux gens de comprendre ces choses.

Diop a déclaré qu'il avait initialement envisagé le film comme un long métrage narratif, à la suite d'un artefact de la France au Bénin. (Diop, qui est entrée dans l'histoire en tant que première réalisatrice noire à être projetée en compétition au Festival de Cannes, a remporté la Palme d'Or pour son long métrage. Atlantiques.) «Quand Macron a annoncé [this] En 2017, je ne sais pas si je vais voir ça dans ma vie. « Je pensais que cela arriverait dans 20 ou 30 ans », a déclaré Diop. Il a commencé à esquisser un scénario, mais lorsque le gouvernement a annoncé que 26 artefacts seraient restitués, il « a dû saisir l'occasion ».

READ  Virus Corona: les États membres de l'Union africaine déposent des cas de COVID-19 jusqu'au 27 mars 2021, 9h EAT

Quand Diop a décidé Dahomey Il a décidé de monter un long métrage documentaire plutôt qu'un court métrage. Points de vue des étudiants et des jeunes du pays. « J'ai commencé à réfléchir à la façon dont les jeunes se rapportent à ces œuvres parce que cela fait partie de leur histoire collective. »

Certains des jeunes hommes qui ont rejoint Diop lors de la conférence de presse figuraient dans le document, notamment Josiah Gudje, Habib Ahandessi et Gildas Adanov. Adano a noté que les enfants béninois connaissent les artefacts historiques du pays, mais qu'ils n'apprennent pas nécessairement cette histoire à l'école. « On ne nous l'avait pas dit, donc on pouvait l'oublier. Tout l'aspect du processus était de renouer avec cette histoire. Les gens ont réalisé ce qui s'était passé et voulaient en savoir plus.

Lorsqu’on lui a demandé ce qu’elle aimerait voir du gouvernement français dans la récupération d’autres objets africains, Diop a répondu : « Il est clair que par rapport aux 7 000 œuvres encore retenues captives dans ces musées, elles sont très peu nombreuses. Je pense que ces 26 œuvres sont bonnes mais pas suffisantes, ce qui est certainement dommage. Je dirais que nous devons réfléchir à la façon dont cela est organisé et à la communication de l'ensemble du gouvernement sur ce processus.

Diop ajoute : « La France exploite cet espace depuis des siècles. Il faut faire plus. Il faut aller plus loin. Il faut donner un nouveau souffle à cette question, et c'est ce que j'ai essayé de faire dans ce film. Il faut réfléchir. » restauration au sens large. »

READ  Algérie : des ONG locales appellent les autorités à mettre fin à la répression et aux atteintes aux droits humains

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *