Biden retire le rétablissement par Trump des sanctions de l’ONU contre l’Iran

L’administration Biden a annulé jeudi la décision de l’ancien président Donald Trump de réimposer les sanctions des Nations Unies contre l’Iran, une déclaration qui pourrait aider Washington à progresser vers un retour à l’accord nucléaire de 2015 visant à freiner le programme nucléaire de la République islamique.

L’ambassadeur américain par intérim, Richard Mills, a envoyé une lettre au Conseil de sécurité des Nations Unies au nom du président Joe Biden dans laquelle il a déclaré que les États-Unis «retiraient par la présente» trois messages de l’administration Trump, aboutissant à l’annonce du 19 septembre que les États-Unis Les États ont réimposé les sanctions des Nations Unies à Téhéran.

Dans la lettre obtenue par l’Associated Press, Mills a déclaré que les mesures de sanctions qui ont pris fin dans la résolution du Conseil de sécurité de 2015 approuvant l’accord nucléaire avec six grandes puissances, mais qui ont été rétablies par Trump en septembre, “restent expirées”.

Trump a retiré les États-Unis de l’accord, connu sous le nom de plan d’action global conjoint, ou plan d’action global conjoint, en 2018, accusant l’Iran d’avoir commis de graves violations.

Biden a déclaré que les États-Unis souhaitaient rejoindre l’accord, et le département d’État a déclaré jeudi que les États-Unis accepteraient une invitation de l’Union européenne à assister à une réunion des participants au pacte initial – Grande-Bretagne, France, Allemagne, Russie, Chine et autres pays. L’Iran.

Le Conseil de sécurité et le monde ont ignoré la décision de l’administration Trump d’invoquer une disposition de la résolution du Conseil de sécurité de l’ONU de 2015 autorisant un «retour soudain» des sanctions parce que l’Iran était dans un état de «manquement significatif» à ses obligations au titre de l’accord.

READ  L'Australie adopte une nouvelle loi obligeant Facebook et Google à payer pour les nouvelles

Une majorité écrasante de membres du conseil des 15 nations a qualifié l’action de Trump d’illégale, car les États-Unis ne sont plus membres du JCPOA.

Le Secrétaire général des Nations Unies, Antonio Guterres, a déclaré que les Nations Unies ne soutiendraient pas la réimposition des sanctions contre l’Iran comme demandé par les États-Unis jusqu’à ce qu’il obtienne le feu vert du Conseil de sécurité. Il a dit qu’il y avait une “incertitude” quant à savoir si l’ancien secrétaire d’État Mike Pompeo a lancé ou non le mécanisme “snap”.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *