Castillo a nommé un membre du parti marxiste au poste de Premier ministre, ce qui risque d’effrayer les investisseurs

Le nouveau président du Pérou, Pedro Castillo, s’adresse aux législateurs et aux invités lors de la journée d’ouverture du Congrès à Lima, Pérou, le 28 juillet 2021. Présidence du Pérou / Publié via Reuters

LIMA (Reuters) – Le président péruvien Pedro Castillo a nommé jeudi Guido Peledo, membre de son parti marxiste, au poste de Premier ministre, une décision susceptible de faire craindre aux investisseurs un nouveau gouvernement de gauche qui serait également confronté à une résistance au Congrès.

Peledo, membre élu du Congrès, est membre du Parti marxiste-léniniste du Pérou libre, dont Castillo a remporté la présidence cette année.

Sa nomination souligne l’influence qu’aura un Pérou libre dans l’administration Castillo, qui doit expirer en 2026. Castillo a souvent essayé, y compris dans son discours d’ouverture mercredi, d’adopter un ton modéré sur les questions économiques, même si les membres doublent le parti. . À l’extrême gauche se trouvent des lettres.

Cependant, le Congrès dirigé par l’opposition devra confirmer Peledo et le reste du Cabinet, car la position de gauche de Peledo devrait rencontrer une forte résistance. La majorité des votes au Congrès est détenue par les partis de centre et de droite.

Peledo a prêté serment dans la ville méridionale andine d’Ayacucho, où Castillo, le fils de paysans andins, a gagné par un glissement de terrain.

Peledo, 42 ans, originaire de la région andine voisine de Cuzco, parlait la langue indigène quechua dans le cadre de la prestation de serment. Il est peu connu dans les cercles politiques centrés sur Lima et a une maîtrise en économie, travaillant plus récemment pour l’agence de statistiques du gouvernement péruvienne INEI.

READ  Tarifs USTR : les États-Unis annoncent de nouveaux tarifs retardés contre six pays en réponse aux taxes ciblant les grandes entreprises technologiques

La nomination de Peledo effrayerait probablement les investisseurs qui espéraient que Castillo détournerait le regard de son parti d’extrême gauche pour le leadership politique.

La bourse et la devise sol péruvien ont chuté depuis que Castillo est devenu le vainqueur probable de l’élection, bien que le poste principal du ministère des Finances reste vacant.

Des sources ont déclaré à Reuters que le rôle serait probablement joué par Pedro Frank, un économiste de gauche modéré.

Le Parti libre péruvien est dirigé par Vladimir Cerrone, neurochirurgien et marxiste qui admire les gouvernements de Cuba et du Venezuela. Cerrone n’a pas pu se présenter à la présidence ou occuper un poste au cabinet en raison d’accusations de corruption antérieures.

Rapports de Marco Aquino. Montage par Diane Craft et Nick McPhee

Nos critères : Principes de confiance de Thomson Reuters.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *