C’est comme si je possédais deux maisons maintenant

par john frison
commis d’équipage

Alors que l’équipe de golf féminine de Géorgie s’alignait pour une photo d’équipe lors de l’entraînement sur le green au golf UGA la semaine dernière, il y avait des rires, des sourires et beaucoup de plaisir entre les 10 Bulldogs, tous identiques dans leurs jupes blanches et leurs hauts noirs .

L’anglais était la langue parlée par les Bulldogs, bien que ce soit la première langue de seulement la moitié de l’entraîneur Josh Brewer‘fumer. Les Bulldogs se composent de quatre joueurs de Géorgie, un de Californie et cinq de l’extérieur des frontières des États-Unis : Canada, France, Italie, Autriche et Taipei. Certains parlent anglais comme ceux avec qui ils sont nés sur la route, seulement avec un accent. Pendant ce temps, d’autres ont fait d’énormes progrès en parlant la langue depuis leur arrivée à Athènes.

« Parfois, la barrière de la langue peut être difficile », a déclaré le junior, « mais j’ai l’impression qu’avoir beaucoup de joueurs internationaux dans l’équipe aide parce que vous n’êtes pas le seul à avoir un accent bizarre. » Katrina DonDe Pinerolo, Italie.

pour les seniors Joo Hwa Hong, de New Taipei City, Taipei, situé dans l’État de Taiwan. Son jeu de golf n’est pas la seule chose qui s’est beaucoup améliorée au cours de sa carrière en Géorgie. Hong a déclaré qu’elle avait commencé à apprendre l’anglais lorsqu’elle était jeune en regardant des épisodes de « Friends ». Elle connaissait la langue à son arrivée mais n’était pas sûre de la parler.

« Je me souviens de la première année, quand les gens me parlaient, je ne pouvais répondre que par oui ou par non », a-t-elle déclaré. « Pour le moment, je peux parler davantage aux gens et remarquer que lorsque mon anglais s’améliore, je me sens plus à l’aise ici. Cela m’aide également pour mon jeu de golf. Je me fais aussi plus d’amis, donc je m’amuse plus ici. »

READ  Les Algériens votent aux élections législatives divisionnaires dans un climat de répression

L’Université de Géorgie célèbre le Mois de l’éducation internationale en décembre et l’UGA Athletic Association célèbre également tout ce que les 39 Bulldogs internationaux, répartis dans 12 sports, ont à offrir à Georgia Athletics sur et en dehors du terrain.

« Nos étudiants-athlètes internationaux offrent une riche diversité à notre département d’athlétisme et à notre université », a-t-il déclaré. Josh Brooks, directeur de Georgia C. Reed Parker Athlétisme. « Leurs expériences diverses nous rendent meilleurs en tant que département d’athlétisme, université et communauté. Nous sommes très chanceux d’avoir nos étudiants-athlètes internationaux dans le cadre de Georgia Athletics. »

Pour entraîneur de golf féminin Josh BrewerIl a dit qu’avoir une équipe avec des membres du monde entier rend chaque jour amusant. Tous les acteurs internationaux apportent leurs propres langues et cultures, ce qui se traduit par un échange constant d’idées et d’expériences.

« C’est intéressant d’apprendre et d’écouter », a-t-il déclaré.

Une chose que l’équipe espère commencer le semestre prochain est de cuisiner ensemble. Rien ne rapproche les gens comme la nourriture, après tout.

« C’est la seule chose qu’ils ont toujours voulu faire, c’est cuisiner ce qu’ils savent », a déclaré Brewer.

Dunn a déclaré que l’équipe essaie de manger sur la route dans des restaurants qui ont au moins un représentant alimentaire du pays d’origine d’un joueur.

« Nous avons tous des cultures différentes, donc chaque fois que nous partons en voyage, nous essayons une nuit d’aller à l’italien et une nuit nous aimons davantage la cuisine thaïlandaise et une autre nuit, nous allons comme des hamburgers », a-t-elle déclaré.

READ  Euro 2020 : le sélectionneur de la France se moque de José Mourinho à propos de la mission à Tottenham

Candice Mahe, une jeune femme de Guérin, en France, a déclaré que vivre dans le monde anglais n’était que l’un des défis auxquels elle a été confrontée à son arrivée en Géorgie.

« D’abord la langue, parce que nous parlons anglais tout le temps », a-t-elle déclaré lors d’une interview en mars. « Le premier semestre (en 2019), quand on avait un cours particulier, le campus était vraiment énorme pour moi. Prendre le bus et des trucs comme ça, ce n’est pas quelque chose qu’on fait pour le semestre en Europe. Et tout le monde se connaît (de retour à la maison ), « Donc au début (ici) vous rencontrerez des gens et ensuite vous les rencontrerez six mois plus tard, car nous avons beaucoup de monde ici. »

L’un de ses coéquipiers pouvait confortablement parler français avec Céleste Dau, de la ville de Notre-Dame de Lille, près de Montréal, au Québec, Canada. Au Québec, le français est la langue dominante par la loi. L’anglais est largement parlé, bien sûr, mais dans cette partie du Canada, la langue officielle est le français.

Dow, un jeune étudiant, a déclaré lors d’une interview : « À l’école, tout était en français, donc (en Géorgie) c’était difficile pour moi au début, dans les cours, de ne pas comprendre, mais je devais tout traduire dans ma tête.  » L’année dernière. « J’ai eu de la chance parce que mes deux années dans l’équipe nationale, tous les membres de mon équipe venaient de comtés anglophones. J’ai également vécu sur la côte ouest pendant l’hiver, pour un programme de golf, car il y avait moins de neige, ce qui a aidé mon anglais. »

READ  Compétitions de la CAF: les clubs algériens se sont débarrassés des vêtements ghanéens 13 fois sur 14 [ARTICLE]

Parmi les membres de l’équipe figurent également la deuxième année Isabella Huber, de Vienne, en Autriche, et l’entraîneur adjoint Breuer, Caroline Westrob, De la Suède. Breuer a déclaré que les joueurs européens se connaissaient avant de devenir des Bulldogs.

« Beaucoup d’entre eux sont amis depuis l’âge de 14 ou 15 ans, alors ils se sont habitués un peu à se voir », a-t-il déclaré.

Pour tous les étudiants et étudiants-athlètes en Géorgie, il y a toujours un chemin vers l’université qui va au-delà des livres et du sport. Pour l’équipe de golf féminine de Géorgie, chaque jour est une expérience d’apprentissage multinationale et multiculturelle qui rend les années universitaires de chaque joueuse plus spéciales et uniques.

« Je pense que c’est vraiment intéressant, et c’est vraiment agréable de pouvoir vivre cette expérience », a déclaré Don.

Directrice adjointe de la communication sportive john frison Il est rédacteur pour l’UGA Athletic Association et administrateur du Temple de la renommée du tennis masculin de l’ITA. Vous pouvez trouver son travail sur : Frierson Files. Il est aussi sur Twitter : Tweet intégré Et Tweet intégré.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *