Clips vidéo prétendant montrer la maison du défunt dirigeant iranien Khomeiny en feu | Nouvelles

L’incident survient au milieu d’une nouvelle vague de protestations en Iran pour commémorer la répression sanglante de 2019.

Des vidéos circulant sur les réseaux sociaux semblent montrer la maison du chef de la révolution islamique iranienne de 1979, l’ayatollah Ruhollah Khomeini, en train de brûler, qui, selon les militants, a été incendiée par des manifestants – une affirmation démentie par les médias d’État.

Reuters et l’Agence France-Presse ont déclaré vendredi avoir vérifié les sites Web de vidéos montrant la maison du défunt dirigeant en feu, avec des foules de manifestants antigouvernementaux défilant dans la ville de Khomein, dans la province de Markazia.

Cependant, l’agence de presse semi-officielle Tasnim a nié que la maison de Khomeiny ait été incendiée, affirmant que quelques personnes s’étaient rassemblées devant la maison.

« Le rapport est un mensonge. Les portes de la maison du défunt fondateur de la Grande Révolution sont ouvertes au public », a déclaré l’agence de presse Tasnim.

Les agences de presse n’ont pas été en mesure de vérifier de manière indépendante les dates de tournage des vidéos. Un militant du réseau 1500 Tasfer a déclaré que l’incident avait eu lieu jeudi.

La maison du défunt chef a été transformée en musée après sa mort en 1989.

Des Iraniens pleurent devant les cercueils des personnes tuées dans une fusillade, lors de leurs funérailles dans la ville d’Izeh, dans la province iranienne du Khouzistan. [Alireza Mohammadi/Isna via AFP]

Les vidéos sont apparues alors que des manifestations à l’échelle nationale balayaient les villes iraniennes après la mort de Mohsa Amini, 22 ans, à la mi-septembre. Elle est décédée sous la garde de la police des mœurs après avoir été détenue pour non-respect du code vestimentaire féminin du pays.

Cette semaine a vu une nouvelle vague de manifestations pour commémorer la précédente série de manifestations meurtrières en 2019, lorsque des centaines de personnes ont été tuées dans la rue après la hausse des prix du carburant.

READ  Musique interdite sur l'île grecque de Mykonos dans les nouvelles restrictions COVID-19

De nombreuses villes du pays ont été témoins de scènes chaotiques, l’incident le plus meurtrier s’étant produit mercredi soir dans la ville d’Izeh, dans le sud-ouest de la province du Khouzistan, lorsqu’au moins sept personnes sont mortes, dont deux garçons âgés de 9 à 13 ans.

Les Iraniens antigouvernementaux ont accusé les autorités de ces incidents, tandis que les autorités iraniennes ont déclaré que deux « terroristes » à moto avaient ouvert le feu sur une foule à l’aide d’un fusil d’assaut.

Mardi, au moins trois manifestants ont été tués lors de manifestations qui ont éclaté dans trois villes distinctes, selon des groupes de défense des droits étrangers.

Au moins cinq personnes ont jusqu’à présent été condamnées à mort dans des affaires liées aux manifestations, selon la justice iranienne.

Les organisations étrangères de défense des droits humains ont estimé que près de 400 personnes ont été tuées depuis le début des manifestations, mais les autorités iraniennes n’ont pas encore publié de statistiques officielles.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.