Colère suite à la mort du militant algérien en grève de la faim Kamal Eddine Fekhar

Commentez la photo,

Les manifestants sont descendus dans la rue après l'annonce de la mort de Kamal Eddine Fekhar

Un militant algérien des droits humains en grève de la faim depuis plus de 50 jours est décédé.

En mars, Kamal Eddine Fekhar a été arrêté pour « atteinte à la sécurité de l’État » et placé en détention provisoire.

Son avocat, Salah Dabouz, a déclaré que son client avait subi de grandes souffrances et négligences derrière les barreaux et qu'il porterait plainte contre les autorités.

Cet homme de 52 ans était médecin et luttait pour les droits de la minorité berbère en Algérie.

Il vivait à Ghardaïa, à 480 kilomètres (300 mi) au sud d'Alger, où il y avait des conflits fonciers et des violences entre Arabes et Mozabites – membres de la communauté berbère locale.

Dabouz a indiqué dans une publication sur Facebook que son client est décédé mardi dans un hôpital de Blida, où il avait été transféré après être tombé dans le coma.

Il a accusé les autorités locales de ne pas avoir porté secours à une personne en danger. Il n'y a eu aucune réponse officielle à la mort du militant.

Le journal précise que son arrestation en mars a eu lieu après une interview dans laquelle il critiquait les attitudes « ségrégationnistes » à l'égard des Mozabites à Ghardaïa.

Amnesty International a appelé les autorités à enquêter sur sa mort et à « revoir immédiatement leurs politiques répressives et le traitement honteux infligé aux militants et aux manifestants ».

Le groupe de défense des droits a ajouté que ce pays d'Afrique du Nord doit permettre la liberté d'expression et le droit de manifester pacifiquement.

Abdelaziz Bouteflika a démissionné de son poste de président le mois dernier après 20 ans au pouvoir, après des semaines de manifestations de rue massives.

Mais les manifestations se sont poursuivies alors que les manifestants étaient mécontents des alliés de Bouteflika qui organisaient les élections prévues le 4 juillet.

Les manifestants à Alger portaient mardi des banderoles à la mémoire de M. Fekhar. L'une de ces banderoles indiquait qu'il avait été assassiné par « l'autorité » – terme utilisé pour désigner le régime associé à M. Bouteflika.

Les Berbères étaient les habitants indigènes de l'Afrique du Nord avant l'invasion arabe au VIIe siècle après J.-C. et ils représentent environ 30 % de la population algérienne de 41 millions d'habitants.

READ  Algérie: la Tunisie et l'Algérie discutent des moyens de renforcer la coopération dans le domaine de l'enseignement supérieur

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *