Contre-révolutions arabes : le rôle du Soudan | international

Avec « Le peuple veut… », les slogans scandés dans les rues arabes depuis 2011. Ce ne sont pas des mots vides de sens, mais un autre souhait de la décoloration du postmodernisme : dans le contexte arabe de décennies d’oppression interne et de dépendance externe, le verbe « vouloir » découle de La réalité du changement est inconfortable, elle est pratique. En Tunisie, en Égypte, au Yémen, à Bahreïn, au Maroc, en Libye et en Syrie, et peu avant ou peu après au Liban, en Jordanie, en Algérie, en Irak et au Soudan, la dernière décennie a vu une réponse populaire sans précédent, qui partage toujours des causes structurelles. (système, démographique, économique, géostratégique), comme cela se passe actuellement au Soudan, a des conséquences.

Il a crié au Soudan en 2019 : « Le peuple veut la chute du régime », et a renversé Omar el-Béchir, le dictateur qui ravageait un pays déjà dévasté depuis 30 ans. Depuis deux ans et demi, le processus de démocratisation est sur le point à plusieurs reprises, mais la mobilisation d’une société civile soudanaise forte l’a sauvé. au bord de la mort. La semaine dernière a vu les manifestations anti-militaires les plus peuplées depuis 2019 ; La plupart des Soudanais lui reprochent les difficultés rencontrées par le Conseil de souveraineté dans la mise en œuvre des accords de transition. Le slogan de cette occasion était : « Le peuple veut la paix, la liberté et la justice. Tant de choses, tant de changements, et cette semaine, l’armée, dirigée par le général de division Al-Burhan (et avec Daglo, le redoutable leader des RSF, dans l’ombre), a organisé un coup d’État dans le plus pur style nilotique. C’est-à-dire « éviter que le pays ne tombe dans un affrontement civil », dans le discours du général. Comme le coup d’État d’el-Sissi en Égypte en 2013, le Soudan a une feuille de route prometteuse pour les élections. Cette formule est déjà largement vue dans la région : plus d’élections, moins de démocratie.

READ  Emirates Post Group nomme un nouveau président

Il ne fait aucun doute que l’armée et les milices ont beaucoup à perdre dans un Soudan véritablement démocratique. D’une part, ses privilèges de contrôler l’économie du pays, notamment les ressources naturelles et le commerce. D’autre part, l’impunité pour la répression des manifestations et, surtout, pour les crimes commis au Darfour. Mais un coup d’État est inconcevable sans le consentement, sinon la complicité, des deux puissances arabes contre-révolutionnaires : les Émirats arabes unis et l’Arabie saoudite. Et n’oubliez pas Israël, son grand allié.

Bien que les trois pays aient été officiellement prudents dans leur soutien au coup d’État – par rapport aux occasions précédentes, y compris le coup d’État en douceur en Tunisie en juillet – ce n’est un secret pour personne qu’avec la fin du processus démocratique soudanais, les contre-révolutions arabes ont bouclé le cycle . Les dollars pétroliers sont très puissants, mais ils sont ignorants : chaque cycle contre-révolutionnaire est suivi d’un cycle révolutionnaire.

Luz Gomez Professeur d’études arabes et islamiques à l’Université autonome de Madrid. Son dernier livre est le salafisme. pureté mondaine (Cataracte, 2021).

Suivez toutes les informations internationales dans Site de réseautage social Facebook Et Twitter, o fr Bulletin hebdomadaire.

Rejoignez MRT maintenant pour suivre toute l’actualité et lire sans limites

Abonnez-vous ici

Avis de non-responsabilité : cet article a été créé à partir du flux et n’a pas été modifié par notre équipe.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *