Coronavirus – Algérie : Dans le contexte de la pandémie de COVID-19, l'OIM facilite le retour de 84 migrants d'Algérie vers le Mali

Avec l’apparition de la pandémie de COVID-19, les opportunités d’emploi pour les migrants se sont raréfiées en Algérie et la demande d’aide pour leurs besoins fondamentaux a augmenté. Le processus de retour volontaire a contribué à la protection des migrants et a aidé à surmonter les conditions de vie difficiles pendant la crise du Covid-19.

« Le virus m’a laissé bloqué en Algérie et a retardé mon retour au Mali depuis le début de la crise. « J'attendais et j'espérais que les choses reviennent à la normale pour pouvoir rentrer chez moi avec mes enfants », a déclaré un migrant malien.

Le personnel de l'OIM en Algérie a mis en œuvre des mesures spécifiques de prévention du COVID-19 conformément aux normes internationales, nationales et de l'OIM, qui comprenaient le dépistage de tout problème de santé avant et pendant le voyage ainsi que la distribution de kits COVID-19 19) et sensibilisent au coronavirus (. COVID 19). 19 Prévention.

À leur arrivée au Mali, les migrants sont soumis au protocole national de prévention de ce pays, comprenant une quarantaine obligatoire de 14 jours. Après la quarantaine et les tests COVID-19, ils pourront retourner dans leurs communautés.

L'OIM Mali soutiendra les rapatriés avec une aide en nature à la réintégration à travers Initiative conjointe UE-OIM pour la protection et la réintégration des migrants (EU-IOMJI) Selon leurs besoins, compétences et aspirations. Cela peut inclure une assistance médicale, un soutien psychosocial, une formation éducative et professionnelle, une aide au logement et d'autres besoins fondamentaux, ainsi que le lancement d'activités génératrices de revenus pour assurer une réintégration durable.

READ  L'Algérie affronte le Burkina Faso, l'Angola et la Mauritanie dans un match classique

En plus de l'assistance fournie par l'Union européenne, à travers l'Initiative conjointe UE-OIM pour la protection et la réintégration des migrants, les retours volontaires et sûrs sont rendus possibles grâce à d'autres donateurs, notamment le Programme de services de protection pour les migrants vulnérables et bloqués en transit et en transit dans le pays. Afrique du Nord, financé par le Royaume du Maroc. et aux Pays-Bas, ainsi que le programme de sécurité, de soutien et de solutions le long de la route de la Méditerranée centrale, financé par le ministère britannique du Développement international (DFID).

Distribué par APO Group pour le compte de l'Organisation internationale pour les migrations (OIM).

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *