Coupe d’Afrique de Rugby 2022 en France : AIPS Afrique convoque le président de Rugby Afrique Khaled Babu

Lagos, Nigéria, 4 mars 2022 / APO Group / – Voici une déclaration du président et vice-président de l’AIPS Afrique, Mitchell Obe :

« Je pense que la décision du président du club africain de rugby d’accueillir les éliminatoires de la Coupe du monde africaine de rugby dans la France régionale, plutôt que de la maintenir sur le continent africain, est complètement erronée et envoie un message très inquiétant à tous les Africains, en particulier à la jeune population. et la communauté émergente du rugby sur le continent.

Les gens se demanderont à juste titre pourquoi le tournoi de rugby le plus populaire du continent est tenu à l’écart et joué en Europe, alors qu’il existe de nombreux sites alternatifs en Afrique qui sont bien équipés pour l’accueillir.

Jouer le tournoi en France prive non seulement les fans africains de regarder le rugby de classe mondiale à leur porte, mais prive également les économies locales des revenus indispensables d’un événement de grande envergure qui aurait galvanisé les secteurs du tourisme et de l’hôtellerie, augmentant la visibilité International et investissement.

Ce n’est d’ailleurs pas la « France » dans son ensemble qui accueille ce tournoi africain incontournable. Non, la Rugby Africa Cup 2022 se tiendra dans le Sud, une région de France qui est la septième la plus peuplée et la plus éloignée de la capitale, Paris.

Les matchs se joueront à Aix-en-Provence et Marseille – une ville qui est le cœur battant de la scène footballistique française, mais à peine connue pour son amour du rugby.

La cérémonie de signature du trophée du championnat « Région Sud » a été un bel exemple du peu de chose que ce tournoi est dans l’esprit des responsables sportifs.

READ  Les anciens visages modernes pentagonaux inaugurent une nouvelle ère

Le ministre français des Sports s’est distingué par son absence. Ainsi que le président de l’Union française de rugby. Au lieu de cela, le chef de la région était les personnages principaux qui ont assisté

Sud’ et maire d’Aix-en-Provence, ville de 143 000 supporters de football.

La Coupe d’Afrique de rugby est passée de la célébration de tout un continent à un événement régional indésirable lors d’un bal lointain qui n’a pas la couleur et le charme d’un hôte accueillant.

Au mieux, c’est frustrant et attentionné pour les joueurs et les fans de rugby africains. Au pire, c’est une insulte à tout le continent africain. Cela renforce les stéréotypes dont l’Afrique souffre encore dans les médias occidentaux, il est donc incroyablement décevant que le patron du rugby Afrique – un Africain lui-même – ait choisi de suivre cette voie.

La principale raison qu’il a donnée pour sa décision d’accueillir le concours en France plutôt qu’en Afrique semble être centrée sur la « médiation » et la visibilité – l’argument étant que les événements organisés en Afrique sont en quelque sorte moins accessibles au public international.

Mais il suffit de regarder certains des événements déjà organisés en Afrique pour voir que cet argument est absurde. En fait, le contraire est vrai. Plus d’événements sportifs internationaux que jamais se dirigent vers l’Afrique pour accueillir des devoirs.

La principale raison qu’il a donnée pour sa décision d’organiser la compétition en France plutôt qu’en Afrique semble tourner autour de la « médiation » et de la vision.

Même le Comité international olympique vient en Afrique, où les Jeux olympiques de la jeunesse se tiendront au Sénégal en 2026 – la première fois qu’une compétition olympique se déroule sur le continent.

READ  #Gamecocks présente un grand homme de France lors d'une visite au camp - SportsTalkSC

Au cours des cinq prochaines années, l’Afrique accueillera une multitude d’événements sportifs internationaux prestigieux :

Quatrièmes Jeux Olympiques de la Jeunesse d’été (Dakar, Sénégal, 2026)

Championnats du monde de vélo de route UCI (Rwanda, 2025)

Coupe du monde de cricket (Afrique du Sud, Namibie et Zimbabwe, 2027)

Jeux de la Francophonie (Kinshasa, République démocratique du Congo, 2023)

Coupe d’Afrique des Nations (Côte d’Ivoire, 2023)

Jeux africains (Accra, Ghana, 2023)

Jeux Africains de Plage (Tunisie, 2023)

Coupe du monde de netball (Afrique du Sud, 2026)

XXII Championnats CAA d’Athlétisme (Maurice, 2022)

Jeux Méditerranéens (Algérie, 2022)

Incidemment, 3 650 athlètes participeront aux Jeux méditerranéens de cette année en Algérie, tandis que moins de 200 athlètes participeront à la Coupe d’Afrique de rugby. Il ne s’agit donc clairement pas d’échelle, de logistique ou d’infrastructure.

Quiconque suggère que l’Afrique n’est « pas prête » ou n’est pas apte à accueillir de grands événements sportifs mondiaux renforce les vieux stéréotypes coloniaux d’arrogance et de droit. C’est une drôle d’idée. Le monde a avancé et connaît la promesse que l’Afrique tient en tant qu’hôte approprié d’événements.

En tant que Fédération Internationale de la Presse Sportive (AIPS) en Afrique, nous sommes particulièrement préoccupés par la capacité des journalistes sportifs africains à atteindre et à couvrir efficacement la Coupe d’Afrique de Rugby dans un endroit aussi éloigné. Nous avons contacté de toute urgence Rugby Afrique et World Rugby pour leur demander ce qui est fait pour les aider à obtenir des visas, des vols et des logements.

En tant qu’instance dirigeante et gardienne du jeu, World Rugby aurait pu intervenir dans la décision de Rugby Afrique d’organiser un Championnat d’Afrique sur un autre continent. D’ici 2050, un quart de la population mondiale sera africaine, et le sport se développe plus vite

READ  Riyad Mahrez parle de la finale de la Ligue des champions, du Ballon d'Or, de Manchester City Future et de Chelsea

Ici plus qu’ailleurs. L’avenir du rugby mondial, c’est l’Afrique. Et il a besoin de protection – y compris de la part du patron du rugby Afrique, si nécessaire.

Malheureusement, la décision d’attribuer les fonctions d’accueil de la Coupe d’Afrique de rugby 2022 à une zone régionale en France n’a jamais été considérée dans l’intérêt supérieur de l’Union africaine de rugby.

Il est sincèrement regrettable que la direction de Rugby Afrique ait pris cette décision misérable sans mériter les consultations avec les principales parties prenantes et partenaires qui ont déployé leurs efforts au fil des ans pour ajouter de la valeur à la croissance du jeu sur le continent. On rappelle ici le manque d’accès et de concertation indispensable avec le principal sponsor officiel de Rugby Afrique (APO Group) dont le fondateur et président, Nicolas Pompini-Mognard est clairement désemparé pour sa décision sans le mérite et le soutien de même personne- tout à fait enthousiaste.

J’espère sincèrement que ces partenaires premium ne perdent pas leur appétit pour battre et élever le jeu malgré ce patch erroné.

Plus particulièrement, toute la famille des journalistes sportifs à travers l’Afrique et tous ceux qui se soucient passionnément de la santé et de la croissance du rugby sur le continent sont catégoriques sur le fait que la Gold Cup doit être ramenée et conservée là où elle appartient vraiment et trouve son éclat.

Le chef Papau doit sans tarder changer d’équipement et oublier ses fantasmes en province française.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.