Crise ukrainienne : le Brent atteint un plus haut depuis 8 ans à 110 $. Boeing et Apple rompent leurs relations commerciales avec la Russie

HOUSTON (Reuters) – ExxonMobil a annoncé mardi qu’il se retirerait des opérations pétrolières et gazières russes évaluées à plus de 4 milliards de dollars et qu’il arrêterait tout nouvel investissement à la suite de l’invasion de l’Ukraine par Moscou.


La décision verrait Exxon se retirer de la gestion des énormes installations de production de pétrole et de gaz sur l’île de Sakhaline, dans l’Extrême-Orient russe, et mettrait en doute le sort d’une installation de gaz naturel liquéfié de plusieurs milliards de dollars.


« Nous condamnons l’action militaire russe qui viole l’intégrité territoriale de l’Ukraine et met son peuple en danger », a déclaré la société dans un communiqué critiquant l’intensification des attaques militaires.


Sa sortie prévue fait suite à des dizaines d’autres sociétés occidentales allant d’Apple et Boeing à BP PLC, Shell et la société norvégienne Equinor ASA qui ont interrompu leurs activités ou annoncé leur intention d’abandonner leurs activités en Russie.


Exxon, qui doit rencontrer les analystes de Wall Street mercredi, n’a pas fourni de calendrier pour sa sortie, ni commenté d’éventuelles dépréciations d’actifs. Ses actifs en Russie étaient évalués à 4,055 milliards de dollars dans son dernier rapport annuel de février.


Auparavant, Exxon avait commencé à renvoyer des employés américains de Russie, ont déclaré deux personnes proches du dossier. Le nombre d’employés évacués n’était pas clair. Une personne a déclaré que l’entreprise avait envoyé un avion sur l’île de Sakhaline pour récupérer des employés.


Exxon exploite trois grands champs pétroliers et gaziers offshore avec des opérations basées sur l’île de Sakhaline pour le compte d’un consortium de sociétés japonaises, indiennes et russes qui comprend le russe Rosneft.

READ  L'abolition de l'état d'urgence en Egypte impacte positivement l'économie : la Banque européenne d'investissement - Economie - Entreprises

Le groupe soumettait des plans pour ajouter un terminal d’exportation de GNL sur place.


a déclaré Anish Kapadia, directeur de la division de l’énergie et chercheur minier chez Pallissy Advisors.


La société, qui développe des gisements de pétrole et de gaz russes depuis 1995, a subi des pressions pour rompre les liens avec la Russie en raison de l’invasion de l’Ukraine par Moscou. La Russie décrit ses actions en Ukraine comme une « opération spéciale ».


L’usine de Sakhaline, qu’Exxon exploite depuis le début de la production en 2005, représente l’un des plus gros investissements directs en Russie, selon une description du projet sur le site Web d’Exxon. L’opération a récemment pompé environ 220 000 barils de pétrole par jour.


Un porte-parole de Sakhalin Oil and Gas Development Corporation (Sodeco), qui détient une participation de 30% dans le projet Sakhalin-1, a déclaré qu’il tentait de confirmer les détails de l’annonce d’Exxon, ajoutant qu’il surveillerait la situation entre la Russie et l’Ukraine. Décidez quoi faire à l’avenir.


Un porte-parole de Japex a déclaré que la Japan Petroleum Exploration Company, soutenue par l’État, qui détient 15,285% de Sodeco, vérifie également les détails de l’annonce d’Exxon et discutera avec ses partenaires pour déterminer un plan futur.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.