Dans le cadre d’un changement de politique, Alaska Air exige le vaccin COVID-19 pour ses employés

par Dominic Gates, Le Seattle Times

Mis à jour : il y a 1 heure Publié: il y a 1 heure

SEATTLE – Alaska Air Group a déclaré jeudi soir à ses 22 000 employés qu’ils seraient tenus de se faire vacciner contre le COVID-19, à quelques exceptions près – un changement par rapport à la politique établie le mois dernier qui encourageait et récompensait uniquement les employés vaccinés.

JetBlue, basée à New York, a également déclaré qu’elle mettait en œuvre une politique similaire et rejoint maintenant United Airlines, qui a été la première grande compagnie aérienne américaine à imposer la vaccination à tous ses employés.

Dans un e-mail à tous les employés d’Alaska Airlines et d’Horizon Air, la société basée à Seattle a déclaré que, conformément à un décret de la Maison Blanche exigeant que tous les entrepreneurs fédéraux vaccinent leurs travailleurs, « tous les employés devront désormais être entièrement vaccinés ou approuvés pour installations raisonnables.

Cela remplace la politique annoncée par l’Alaska le mois dernier, qui versait 200 $ aux employés vaccinés et exigeait des tests réguliers pour les autres. À l’époque, l’Alaska avait déclaré que 75 % de ses employés avaient déjà été vaccinés.

Une note d’Andy Schneider, vice-président principal de l’Alaska pour les affaires personnelles, a déclaré que le décret du président Joe Biden s’applique aux filiales d’Alaska Air ainsi qu’à certains sous-traitants.

«Après un examen attentif de cette question, nous avons déterminé que les employés d’Alaska, Horizon et McGee (y compris certains sous-traitants et fournisseurs) sont soumis à cette juridiction fédérale sur les vaccins en raison de notre travail important pour le gouvernement fédéral, ainsi que d’autres grandes compagnies aériennes américaines. Cette politique remplacera notre politique d’entreprise avec la vaccination ou les tests que nous avons annoncés plus tôt ce mois-ci », a déclaré Schneider au personnel dans l’e-mail.

READ  Les entreprises néo-zélandaises doivent s'adapter à une économie mondiale fragmentée après le COVID

L’Alaska a déclaré que la date limite pour que les employés soient complètement vaccinés pourrait être aussi tôt que le 8 décembre, et elle a établi des calendriers pour obtenir tous les vaccins disponibles afin de respecter cette date limite.

[Health workers once saluted as heroes now get threats]

La compagnie aérienne prolonge son offre de 200 $ pour les employés nouvellement vaccinés jusqu’au 1er décembre. Les employés qui ont fourni une preuve de vaccination ou qui l’ont fait avant la date limite initiale du 15 octobre recevront un paiement de 200 $ sur leur premier chèque de paie en novembre.

L’Alaska a déclaré que les employés peuvent demander un “séjour raisonnable pour des croyances religieuses dévotes ou un problème de santé qui les empêche de se faire vacciner le 1er décembre”.

Les employés qui ont obtenu une exemption pour des raisons religieuses ou médicales “peuvent être soumis à des protocoles supplémentaires tels que des tests hebdomadaires, une dissimulation continue et une distanciation sociale, des horaires ou des lieux de travail modifiés, des dates de début retardées pour les cours de formation, l’incapacité d’assister à des événements en personne , ou un congé sans solde”, indique l’e-mail de Schneider.

Le porte-parole de JetBlue, Derek Dombrowski, a déclaré par e-mail que le transporteur basé à New York “se conformera pleinement au mandat fédéral sur les vaccins pour les sous-traitants fédéraux et nous avons informé nos membres d’équipage de cette vaccination”.

United Airlines avait annoncé en août qu’elle exigerait que les employés reçoivent le vaccin d’ici lundi cette semaine, sous peine de licenciement.

READ  Un regard étonnant sur la façon dont les politiques de vacances américaines se comparent au reste du monde

United a déclaré mardi que si la quasi-totalité de ses 67 000 employés avaient été vaccinés, il avait entamé un processus de licenciement de 593 employés parce qu’ils n’avaient pas été vaccinés ou exemptés. Jeudi, la société a déclaré que le nombre de personnes menacées de résiliation était tombé à 320.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *