Dans un renouveau du mouvement de rue, les Algériens manifestent pour le deuxième vendredi

Des manifestants montrent du doigt alors qu’ils participent à une manifestation pour exiger un changement politique, à Alger, en Algérie, le 5 mars 2021. REUTERS/Ramzi Boudina

ALGER (Reuters) – Des milliers d’Algériens ont manifesté contre l’élite politique et militaire dans les villes du pays pour la deuxième fois consécutive vendredi, alors que l’organisation des Nations Unies pour les droits de l’homme exprimait son inquiétude face à ce qu’elle a décrit comme la répression contre les manifestants.

Les manifestations marquent une reprise du mouvement de protestation de rue, qui appelait l’ancien pouvoir politique à quitter la politique et l’armée, qui avait suspendu ses rassemblements hebdomadaires il y a un an en raison de la pandémie de Covid-19.

La police n’a pas arrêté les manifestations mais a maintenu une forte présence dans les rues et un porte-parole du Haut-Commissariat des Nations Unies aux droits de l’homme a déclaré qu’il y avait des informations crédibles sur des centaines d’arrestations à travers le pays.

Des manifestations de masse ont éclaté dans les rues en 2019, poussant l’armée à renverser le président vétéran Abdelaziz Bouteflika, et se sont poursuivies chaque semaine jusqu’à ce que la pandémie mondiale atteigne l’Algérie il y a un an.

“Les voleurs ont détruit le pays”, scandaient des manifestants dans le centre de l’Algérie.

« Cette révolution pacifique se poursuivra jusqu’à ce que nous atteignions pleinement nos objectifs », a déclaré Muhammad Mirish, 33 ans, enseignant à l’école.

Le président Abdelmadjid Tebboune, qui a été élu en 2019 lors d’un vote que de nombreux manifestants ont considéré comme une mascarade, a salué le mouvement comme apportant un renouveau national, mais les manifestants voient son gouvernement comme la continuation des administrations précédentes.

READ  Une source dit que Kanye West et Irina Shayk ne sont que des amis malgré les avoir vus ensemble en France

“Il y a eu de nombreux cas à travers le pays dans lesquels les forces de sécurité ont utilisé une force inutile ou excessive et des arrestations arbitraires pour réprimer des manifestations pacifiques”, a déclaré vendredi le porte-parole du Haut-Commissariat des Nations Unies aux droits de l’homme.

(Reportage de Hamid Ould Ahmed). Reportage supplémentaire de Stephanie Nebehay à Genève. Écrit par Angus McDowell; Montage par Alex Richardson

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *