Découvrir les pratiques de collecte de données dans la recherche des étudiants

résumé: Une nouvelle étude se penche sur le monde souvent obscur des pratiques de collecte de données des étudiants dans le cadre de projets de recherche. Des comportements douteux et potentiellement frauduleux ont été étudiés lors de la collecte de données, révélant ainsi des informations sur la mauvaise conduite des étudiants.

Si 64 % des étudiants n’ont signalé aucune pratique problématique, certains comportements inquiétants ont été constatés, comme la suppression de données et la manipulation de participants.

L'étude souligne la nécessité d'une communication transparente entre les étudiants et les superviseurs et promeut la science ouverte comme élément essentiel pour améliorer l'intégrité de la recherche.

Faits marquants:

  1. Une équipe conjointe d'étudiants et de chercheurs en psychologie a interrogé 473 étudiants en psychologie et 199 superviseurs pour évaluer les comportements en matière de collecte de données.
  2. Des pratiques problématiques de collecte de données, notamment la suppression des données et la manipulation des participants, ont été signalées par une partie des étudiants, les superviseurs sous-estimant probablement leur ampleur.
  3. Une communication transparente entre les étudiants et les superviseurs et l’accent mis sur la science ouverte sont recommandés pour améliorer l’intégrité de la recherche.

source: Société polonaise de psychologie sociale

Les efforts récents visant à améliorer l’ouverture et la transparence de la science commencent déjà à porter leurs fruits vers une plus grande intégrité dans la manière dont les chercheurs travaillent et publient des données scientifiques. Il est désormais courant que les scientifiques pré-enregistrent leurs études et partagent ouvertement leurs documents et leurs données, afin que leurs recherches soient facilement accessibles pour un examen scientifique et une collaboration.

Cependant, les comportements lors de la collecte de données ressemblent encore un peu à une « boîte noire », surtout lorsqu’ils sont adoptés par les étudiants. En fait, il existe de nombreux comportements douteux, voire frauduleux, comme le fait de dire aux participants les hypothèses spécifiques qui les intéressent avant de commencer l'étude ou même de leur demander de répondre d'une certaine manière, ce qui est presque impossible à détecter.

Le principal problème est que les pratiques et réglementations actuelles sont pour la plupart inefficaces pour prévenir ou contrôler les comportements problématiques dans le processus de collecte de données. De plus, les connaissances détaillées sur la prévalence de ces comportements sont relativement rares. Les recherches antérieures se sont principalement concentrées sur les pratiques douteuses et les fautes professionnelles à d’autres étapes du processus de recherche, telles que l’analyse des données et la production de rapports.

READ  SpaceX lance un prototype du Starship SN20 dans un test principal à 6 moteurs (vidéo)

Plus important encore, un comportement douteux, voire frauduleux, peut non seulement constituer un problème parmi les chercheurs, mais également revêtir une grande importance dans les projets des étudiants. Si les données collectées sont publiques, elles peuvent être réutilisées par d’autres étudiants, encadrants et autres chercheurs dans le cadre de leurs travaux, y compris des articles de recherche publiés dans des revues.

Cependant, il n’existe aucun moyen de permettre à ces réutilisateurs d’être pleinement conscients de ce qui s’est passé lors de la collecte des données.

C’est ainsi qu’une équipe conjointe d’étudiants en psychologie et de chercheurs du LMU Munich a décidé d’enquêter sur les pratiques douteuses des étudiants et les mauvaises conduites en recherche lors de la collecte de données.

« Nous avons demandé : pouvons-nous faire confiance aux données des étudiants ? » Selon le Dr Marilyn Altenmüller, auteur de l'article.

« Nous voulions savoir si et comment les étudiants se livraient réellement à des pratiques douteuses, voire frauduleuses, lors de la collecte de données pour leurs projets. Nous nous intéressions aux facteurs situationnels susceptibles d'amplifier ou d'atténuer l'engagement des étudiants dans de tels comportements. « 

L'équipe de recherche a interrogé les opinions de 473 étudiants en psychologie et de 199 superviseurs d'universités germanophones. Ils leur ont posé des questions sur 17 comportements, allant de douteux à frauduleux, pour voir si et quels étudiants s'étaient engagés dans des projets antérieurs. Les exemples incluent le fait de permettre aux participants de participer intentionnellement à l’étude en sachant qu’ils connaissent les hypothèses ; Participez à votre propre enquête ; Supprimez ou créez des données à partir de zéro.

Les chercheurs ont également cherché à évaluer les expériences des étudiants au cours de leurs projets. Par exemple, ils ont demandé quel genre d'attentes et de déclarations futures leur superviseur leur avait communiqué.

L'équipe de recherche a ensuite également interrogé les superviseurs sur leurs perceptions des comportements de collecte de données des étudiants et ce qu'ils pensaient de la façon dont leurs étudiants vivaient leurs projets et leur supervision.

READ  Cet adolescent s'est vu prescrire 10 médicaments psychotropes. Elle n'est pas seule.

Les résultats de l’enquête révèlent des réflexions rassurantes, ainsi que des réflexions troublantes sur la « boîte noire » de la collecte de données sur les étudiants. Même si 64 % des étudiants n'ont signalé aucune pratique problématique en matière de collecte de données, certains comportements n'étaient pas rares : 4 % ont admis avoir supprimé des données ; 8 % ont participé à leur propre étude ; Et 26 % ont autorisé les participants à participer même s’ils connaissaient l’hypothèse.

En moyenne, les superviseurs avaient des impressions similaires sur le comportement douteux et frauduleux des étudiants. Parmi les différences notables, il y a le fait que les superviseurs ont supposé une prévalence beaucoup plus faible d'étudiants ayant participé à leur enquête et une prévalence plus faible de suppression de données.

Ainsi, l’équipe de recherche a conclu que les superviseurs pourraient sous-estimer certains comportements très problématiques chez les étudiants.

Pour réduire la prévalence des comportements problématiques en matière de collecte de données parmi les étudiants et ainsi améliorer la qualité des données, les chercheurs recommandent d'aborder les perceptions des étudiants concernant les pressions, les opportunités et les justifications de l'engagement dans ces comportements. En outre, il serait bénéfique de faire de la science ouverte une composante essentielle de l’enseignement.

En particulier, une communication transparente et claire entre les étudiants et les superviseurs peut être l’une des clés les plus importantes pour obtenir des données sur les étudiants de haute qualité et prêtes à être utilisées pour la recherche. Les étudiants qui savaient que leurs données seraient utilisées par d’autres ont également signalé des taux de prévalence plus faibles de comportements problématiques.

« Les superviseurs devraient peut-être réfléchir à la manière dont les projets expérimentaux des étudiants peuvent constituer une opportunité non seulement pour l'enseignement mais aussi pour la recherche », concluent positivement les auteurs.

A propos de cette actualité de la recherche en neurosciences

auteur: Dimitar Boyadjiev
source: Société polonaise de psychologie sociale
communication: Dimitar Boyadjiev – Société polonaise de psychologie sociale
image: Image créditée à Neuroscience News

Recherche originale : Accès fermé.
« Échapper à la science ouverte : la boîte noire de la collecte de données sur les étudiants« Par Marilyn Sophie Altenmüller et al. Bulletin de psychologie sociale


un résumé

READ  La nouvelle technologie révèle des siècles de secrets dans des messages verrouillés

Échapper à la science ouverte : la boîte noire de la collecte de données sur les étudiants

Bien que la science ouverte ait sans doute initié des changements positifs à certaines étapes du processus de recherche (par exemple, une transparence accrue grâce au pré-enregistrement), les comportements problématiques lors de la collecte de données restent presque impossibles à détecter et posent un risque important pour la validité et l'intégrité de la recherche psychologique. – Surtout lorsque les chercheurs utilisent des données collectées par d'autres (comme des étudiants).

En explorant les points de vue des étudiants et des superviseurs, ce rapport enregistré met en évidence la « boîte noire » de la collecte de données sur les étudiants, en se concentrant sur les pratiques de recherche douteuses et les mauvaises conduites en recherche (QRP/M).

La majorité des étudiants n'ont déclaré avoir adopté aucun comportement problématique lors de la collecte de données, mais certains QRP/M, allant de quelque peu douteux à extrêmement frauduleux, semblaient assez courants (par exemple, informer les participants de l'hypothèse à l'avance, participer à sa propre enquête). ).

Nous fournissons un aperçu de la collecte de données QRP/M suspectée par les étudiants et les superviseurs, explorons les motivations potentielles de ces comportements sur la base du modèle du triangle de fraude (y compris les pressions, les opportunités et les justifications) et rendons compte de la façon dont les étudiants et les superviseurs perçoivent l'éligibilité des étudiants. données pour d’autres utilisations (par exemple, exemples, publications scientifiques).

De plus, nous explorons le rôle de la relation étudiant-superviseur (par exemple, la communication et les attentes) et les pratiques scientifiques ouvertes dans les projets étudiants.

En résumé, nos résultats indiquent la valeur scientifique potentielle des données issues des projets étudiants. Promouvoir une communication transparente concernant les attentes, les expériences et les intentions entre les superviseurs et les étudiants peut contribuer davantage à renforcer cette possibilité.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *