Des astronomes repèrent pour la première fois un disque en orbite autour d’une étoile dans une autre galaxie : ScienceAlert

Les astronomes ont détecté des signes d’un disque en expansion de poussière et de gaz en orbite autour d’une étoile lointaine.

Il n’y a rien d’inhabituel à cela. C’est une étape naturelle dans l’évolution d’une étoile et de son système planétaire. Ce qui rend cette découverte si étonnante, c’est qu’il s’agit de la première découverte jamais réalisée sur une étoile située dans une galaxie entièrement autre que la nôtre.

La fonctionnalité a été repérée dans Grand Nuage de Magellanune galaxie naine 179 000 années-lumière Loin de la Voie Lactée. Bien qu’il puisse sembler logique de supposer que les processus de formation des étoiles sont universels, nous n’avons jamais pu observer leurs fluctuations en dehors de notre galaxie d’origine.

« Quand j’ai vu pour la première fois des preuves d’une structure en rotation dans les données ALMA, je ne pouvais pas croire que nous avions découvert le premier disque d’accrétion extragalactique. Ce fut un moment spécial. » dit l’astronome Anna McLeod De l’Université de Durham au Royaume-Uni.

« Nous savons que les disques sont essentiels à la formation des étoiles et des planètes dans notre galaxie, et ici, pour la première fois, nous en voyons une preuve directe dans une autre galaxie. »

Vue d’artiste du disque nouvellement découvert. (ISO/M. Messager de Korn)

Les étoiles naissent d’amas denses dans des nuages ​​​​de gaz moléculaires et de poussières en suspension dans l’espace interstellaire. Lorsque la masse devient suffisamment dense, elle s’effondre sous l’influence de la gravité ; Au fur et à mesure de sa rotation, il commence à attirer davantage de matière du nuage environnant. Cependant, cette question n’incombe pas à la protoétoile d’une manière ou d’une autre ; Il est disposé en disque autour de l’équateur de l’étoile et tombe dessus en un jet régulier et plus contrôlé, comme l’eau d’un égout.

READ  Des physiciens partent à la recherche d'une lueur quantique durable

Une fois la formation de l’étoile terminée, le reste du disque reste là, s’agglutinant pour former tous les autres éléments du système planétaire : planètes, astéroïdes, météorites, comètes et poussières. Pour cette raison, les planètes du système solaire tournent plus ou moins autour du soleil sur un plan plat. Nous sommes nous-mêmes comme la moisissure consciente qui s’est développée sur les restes du petit-déjeuner du soleil.

L’Atacama Large Millimeter/submillimeter Array (ALMA), un puissant radiotélescope, a photographié… Un bon nombre de ces disques Dans toute la Voie lactée, à différents stades d’évolution ; Certains présentent des espaces évidents où les planètes s’agglutinent lorsqu’elles tournent. Mais plus on s’éloigne, plus il est difficile à résoudre, même avec un télescope puissant.

Emplacement et direction des jets et du disque identifiés dans HH 1177. (ESO/ALMA (ESO/NAOJ/NRAO)/A. McLeod et coll.)

McLeod et ses collègues se sont lancés dans leur campagne pour trouver un disque stellaire extragalactique lorsque les données ont été acquises par le Multi Unit Spectroscope Explorer.Espére) Un instrument du Very Large Telescope a détecté des signes d’un jet, dans un système appelé HH 1177.

Ce sont également des caractéristiques de la formation d’étoiles : une partie de la matière en orbite autour de l’étoile en formation est transportée le long des lignes de champ magnétique jusqu’aux pôles, où elle est lancée dans l’espace sous la forme d’un puissant jet.

Les chercheurs voulaient savoir s’ils pouvaient détecter le disque au cœur poussiéreux de la formation des étoiles. Ils ont donc utilisé ALMA pour rechercher des signes de rotation. Cela se voit dans la façon dont les longueurs d’onde de la lumière sont raccourcies lorsque la source est poussée vers nous, et allongées lorsqu’elle est éloignée.

READ  SpaceX prévoit de battre la NASA en lançant la plus grande fusée de tous les temps

« La fréquence de la lumière change en fonction de la vitesse à laquelle le gaz émettant la lumière se rapproche ou s’éloigne de nous. » dit l’astronome Jonathan Henshaw De l’Université John Moores de Liverpool au Royaume-Uni. « C’est exactement le même phénomène qui se produit lorsqu’une sirène d’ambulance change de tonalité lorsqu’elle passe devant vous et que la fréquence sonore passe de plus en plus basse. »

border-frame= »0″ allow= »accéléromètre ; lecture automatique ; écriture dans le presse-papiers ; médias cryptés ; gyroscope ; image dans l’image ; partage sur le Web « allowfullscreen>

Il est intéressant de noter que les données ALMA ont montré des signes clairs de cette rotation. L’analyse de l’équipe a révélé que l’étoile est très petite et massive, et qu’elle est toujours alimentée par le disque qui l’entoure. C’est tout à fait normal. Mais il y avait une différence entre lui et les disques protostellaires trouvés dans la Voie Lactée : le disque HH 1177 pouvait être vu aux longueurs d’onde optiques.

Les chercheurs affirment que cela est lié à l’environnement interstellaire du Grand Nuage de Magellan. Il y a beaucoup moins de poussière. Ainsi, l’étoile HH 1177 n’est pas entourée d’un rideau de matière comme le sont habituellement les étoiles massives et petites de la Voie lactée.

Cela rend cette découverte importante pour étudier non seulement comment les étoiles se forment dans différents environnements, mais aussi quelles limites ces environnements peuvent imposer à la formation des étoiles en général.

« Nous sommes à une époque de progrès technologiques rapides en matière d’installations astronomiques. » McLeod dit. « Pouvoir étudier comment les étoiles se forment à des distances aussi étonnantes et dans une galaxie différente est très excitant. »

READ  Révèle les secrets de la planète rocheuse aux extrémités cosmiques

La recherche a été publiée dans nature.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *