Des discussions secrètes sur l’accord américain que la France a qualifié de “trahison”

À ce moment-là, les Australiens savaient que le programme était mort.

L’ambassadeur de France aux États-Unis, Philippe Etienne, a déclaré dans plusieurs interviews qu’il avait entendu parler de l’accord pour la première fois dans des reportages divulgués parus dans les médias australiens et à Politico. D’autres responsables français ont déclaré qu’ils soupçonnaient que quelque chose s’était passé une semaine plus tôt, mais n’avaient pas reçu de réponse immédiate de M. Blinken ou du secrétaire à la Défense Lloyd J. Austin III. Le premier responsable américain à discuter des détails avec l’ambassadeur Etienne était Jake Sullivan, le conseiller à la sécurité nationale, quelques heures seulement avant l’annonce publique de mercredi.

Les responsables américains insistent sur le fait que ce n’était pas à eux de parler aux Français de leur accord commercial avec l’Australie – et c’était aux responsables australiens d’en discuter.

Le gouvernement chinois n’a pas non plus été prévenu à l’avance, et il n’est pas étonnant que la position officielle des États-Unis soit que l’accord sur les sous-marins ne vise aucun pays en particulier. Mais la première réponse de la Chine à la nouvelle alliance, surnommée « AUKUS » (pour l’Australie, le Royaume-Uni et les États-Unis), a été qu’elle était « trop irresponsable » et qu’elle déclencherait une course aux armements. En fait, le dernier rapport du Pentagone sur la Chine indique que la marine chinoise a construit des dizaines de sous-marins nucléaires, dont certains peuvent transporter des armes nucléaires. L’Australie s’est engagée à ne jamais déployer d’armes nucléaires.

Avant même que M. Macron ne convoque les ambassadeurs, les assistants de Biden semblaient avoir été surpris par la férocité de la réponse française, décrivant notamment M. Le Drian comme ayant été un “couteau dans le dos”. Ils ont noté que les Français étaient plus dramatiques et croyaient que les deux pays reviendraient progressivement à des relations normales. L’histoire donne à penser qu’ils ont peut-être raison : la brèche massive provoquée par l’invasion britannique et française du canal de Suez en 1956 a finalement été occultée, tout comme le “choc Nixon” avec les Japonais en 1971, lorsque les États-Unis n’en ont fait aucun cas. La décision de s’écarter de l’étalon-or.

READ  Villarreal a remporté la Ligue européenne après avoir remporté une séance de tirs au but marathon contre Man United

Dans ce cas, les responsables américains ont déclaré que la décision d’abandonner le contrat franco-australien existant et de le remplacer par un autre qui lierait techniquement et stratégiquement l’Australie au programme de sous-marins nucléaires, n’avait en fait suscité aucun débat interne, ont déclaré les participants. La raison était évidente : à la Maison Blanche de Biden, règne l’impératif de contester l’empreinte croissante de la Chine et ses efforts pour pousser la marine américaine vers l’est, jusqu’à la prochaine chaîne d’îles dans le Pacifique.

“Cela en dit long sur la façon dont Washington a marqué ses intérêts dans le Pacifique, car il n’y avait aucun souci de bouleverser les Français”, a déclaré M. Fontaine.

Pendant des années, les responsables américains savaient qu’un virage vers l’Asie pourrait mettre à rude épreuve les relations avec les alliés européens. Alors que l’ancien président Barack Obama a initialement adopté l’expression « pivot » pour décrire la transition de l’Amérique vers une région du monde où ses intérêts économiques et stratégiques sont les plus grands – en tant que joueur de basket-ball, il s’en est tenu à la métaphore sportive – la Maison Blanche a finalement interdit l’utilisation publique de l’expression en raison d’objections européennes.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *