Des dissidents nord-coréens défient le Sud de lancer des tracts anti-Kim

Publié en:

Séoul (AFP)

Un groupe dissident nord-coréen a déclaré cette semaine à deux reprises qu’elle avait défié l’interdiction de Séoul de faire voler des avions anti-Pyongyang à travers la zone démilitarisée fortement fortifiée qui divise la péninsule.

Les lancements de la FNK ont été les premiers depuis l’adoption de la loi en décembre.

Le président du groupe, Park Sanghak, a déclaré que le groupe “avait volé 500 000 dépliants, 500 livres et 5 000 dollars de billets de banque distribués sur un total de 10 gros ballons à deux reprises près de la zone démilitarisée entre le 25 et le 29 avril”.

Des groupes d’activistes ont régulièrement envoyé des dépliants critiquant le dirigeant nord-coréen Kim Jong Un pour les violations des droits de l’homme et ses ambitions nucléaires à travers la zone démilitarisée, soit en utilisant des montgolfières, soit en les faisant flotter sur les rivières.

Les tracts ont provoqué la colère de Pyongyang, qui a émis une série de condamnations mordantes l’année dernière exigeant que Séoul agisse et augmente la pression en bombardant un bureau de liaison intercoréen de son côté de la frontière.

Le parlement sud-coréen a rapidement adopté une loi criminalisant l’envoi de tracts et de clés USB – une méthode privilégiée de distribution d’informations et de divertissement.

En vertu de cette mesure, les personnes condamnées pour avoir envoyé les tracts encourent une peine maximale de trois ans de prison ou une amende de 30 millions de won (27 000 dollars).

La loi a soulevé des inquiétudes au sujet de la liberté d’expression, les États-Unis – un allié du Traité du Sud – la décrivant dans un rapport annuel publié en mars comme “une question importante des droits de l’homme”.

READ  Le plan directeur du voyage dans le temps représente une étape majeure dans la protection et le partage du site culturel et patrimonial d'AlUla avec le monde

Park a déclaré que les Nord-Coréens “ont le droit de connaître la vérité même si le système leur enlève leurs droits en tant qu’êtres humains”, critiquant la “muselière” dans le sud comme “la pire loi”.

Les deux Corées envoyaient régulièrement des tracts de l’autre côté, mais ils ont accepté de mettre fin à ces activités de propagande – y compris la diffusion de haut-parleurs le long de la frontière – dans la déclaration de Banmunjom signée par Moon et Kim et lors de leur premier sommet en 2018.

Mais des groupes civils dans le sud, dirigés principalement par des dissidents, ont poursuivi leurs activités, faisant craindre des représailles parmi les habitants vivant le long de la frontière.

Le ministère de l’Unification de Séoul, qui s’occupe des relations intercoréennes, a déclaré que la loi sur les tracts “était destinée à la sécurité et à la vie des habitants des zones frontalières”.

En réponse aux récents lancements, a-t-elle déclaré, les autorités “prendront les mesures appropriées conformément à l’esprit de la loi une fois que les faits seront prouvés”.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *