Des investisseurs réclament 1,2 milliard de dollars de dommages et intérêts à Vivendi dans le cadre d’un procès pour fraude

PARIS (Reuters) – Un groupe d’investisseurs demandera mardi à un tribunal français de soutenir sa demande de 1 milliard d’euros (1,2 milliard de dollars) de dommages et intérêts de Vivendi, affirmant que le géant des médias avait fourni de faux états financiers lors d’une fusion il y a deux décennies.

Dans leur procès, 90 investisseurs, représentés par le cabinet d’avocats Soffer Avocats, ont allégué que les dirigeants de l’époque n’avaient pas divulgué pleinement le montant de la dette de Vivendi, le groupe ayant supervisé un accord tripartite de 46 milliards de dollars avec Seagram Co et Canal Plus. .

La tête de Vivendi à l’époque était Jean-Marie Messier.

“Le groupe d’investisseurs confirme que Messier et d’autres dirigeants de Vivendi ont fourni de faux états financiers pour dissimuler l’existence d’une grave crise de liquidité dans l’entreprise”, a déclaré un porte-parole du groupe d’investisseurs dans un communiqué écrit.

L’avocat de Vivendi a déclaré à Reuters que la plainte n’était pas fondée, citant une décision antérieure d’un tribunal pénal français selon laquelle Messier et d’autres dirigeants de Vivendi n’avaient pas divulgué de fausses informations à l’époque.

“Cette affaire a déjà été jugée à plusieurs reprises en France, notamment par le juge pénal, qui a écarté que Vivendi ait diffusé de fausses informations”, a déclaré Hervé Pisani, associé gérant de Freshfields à Paris.

L’affaire sera entendue devant le tribunal de commerce de Paris, à partir de 13h00 GMT. Le tribunal peut prendre plusieurs semaines ou mois avant d’annoncer une décision.

(1 USD = 0,8435 EUR)

(Préparé par Matteo Rosmin. Édité par Mark Potter)

READ  Bono et Cruz jouent dans une série animée sur l'importance d'un vaccin

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *