Des journalistes ont été arrêtés pour avoir filmé le président sud-soudanais en train de se mouiller

NAIROBI, 7 janvier – Six journalistes sud-soudanais ont été arrêtés pour la diffusion d’une vidéo montrant le président Salva Kiir en train d’uriner lors d’un événement officiel, a annoncé samedi le Syndicat national des journalistes.

Des images de décembre ont montré une tache sombre parsemée sur le pantalon gris du président de 71 ans alors qu’il se tenait avec l’hymne national lors de l’événement routier de mise en service. Le clip vidéo n’a jamais été diffusé à la télévision mais a ensuite circulé sur les réseaux sociaux.

Patrick Awet, président de l’Union des journalistes sud-soudanais, a déclaré que les journalistes, qui travaillent pour la société publique de radiodiffusion sud-soudanaise, ont été arrêtés mardi et mercredi.

« On soupçonne qu’ils ont appris comment une vidéo du président en train de s’uriner a été révélée », a-t-il déclaré à Reuters.

Le ministre sud-soudanais de l’Information, Michael Makuei, et le porte-parole du Service de sécurité nationale, David Komori, n’ont pas immédiatement répondu aux demandes de commentaires.

Il dirige Kiir depuis l’indépendance du Soudan du Sud en 2011. Les responsables gouvernementaux ont démenti à plusieurs reprises les rumeurs circulant sur les réseaux sociaux selon lesquelles il serait malade. Le pays a été en proie à des conflits pendant la majeure partie de la dernière décennie.

Les deux journalistes arrêtés sont Joseph Oliver et Mustafa Othman ; monteur vidéo Victor Ladu; Contributeur Jacob Benjamin. Ruben Awit Cherbek et Juval Tumbi ont déclaré depuis la salle de contrôle.

Il a ajouté : « Nous sommes préoccupés par le fait que les détenus ont maintenant été détenus plus longtemps que la loi ne l’exige.

READ  Plus de 50 personnes ont été tuées dans une explosion dans une raffinerie de pétrole illégale au Nigeria

Selon la loi, les autorités sud-soudanaises ne sont autorisées à détenir les suspects que pendant 24 heures avant de les traduire devant un juge.

L’incident « correspond à une tendance du personnel de sécurité à recourir à la détention arbitraire chaque fois que les responsables jugent la couverture médiatique défavorable », a déclaré le représentant du CPJ pour l’Afrique subsaharienne, Muthuki Momo.

(Reportage par Einat Mercy; Montage par Frances Kerry)

Nos normes : Principes de confiance de Thomson Reuters.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.