Des manifestants en Algérie exigent que Ouyahia démissionne de la direction du Rassemblement National Démocratique

Le Premier ministre algérien Ahmed Ouyahia fait face à des pressions croissantes de la part des lobbyistes affiliés à son parti, le Rassemblement national démocratique, qui réclament son départ. Des manifestations ont lieu en raison de sa destitution du poste de chef du Parti du Rassemblement national démocratique.

Al-Siddiq Chehab, qui a été déchu de son adhésion au Parti national démocrate par Ouyahia après son opposition à l’ancien président Abdelaziz Bouteflika, a accusé le Premier ministre de « trahir ses camarades ».

Nous ne voulons pas de cette personne à la tête du parti. Il a prouvé sa loyauté envers les puissances étrangères. Il est également un agent au service d’un agenda précis de pillage et de pillage… Au cours des vingt dernières années, Ouyahia a exploité le parti à des fins personnelles et pour mettre en œuvre des agendas extérieurs. Shehab a déclaré : « Aujourd’hui, nous avons une revendication : son départ car il est un paria parmi le peuple algérien. »

Des parlementaires et des élus du parti Rassemblement National Démocratique ont participé à une manifestation réclamant le limogeage d’Ouyahia et la nomination d’une nouvelle direction.

Abdelaziz Bouteflika, l’ancien président algérien, a démissionné il y a deux semaines après 20 ans au pouvoir, cédant aux pressions de l’armée et aux semaines de manifestations auxquelles ont participé principalement des jeunes en quête de changement dans le pays.

Mais les manifestations, qui ont débuté le 22 février, se sont poursuivies et de nombreuses personnes réclament l’éviction des partisans du régime de Bouteflika qui dirigent l’Algérie depuis l’indépendance de la France en 1962 et la poursuite des personnes qu’ils considèrent comme corrompues.

READ  La Turquie fait de la diplomatie culturelle à travers des séries télévisées : Département de la communication

Ouyahia a été plusieurs fois Premier ministre sous Bouteflika et est également à la tête du Rassemblement national pour la démocratie (RND), partenaire de coalition du parti au pouvoir FLN dirigé par Bouteflika.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *