Des militants protestent contre l’enterrement de l’architecte génocidaire Pagosora en France The New Times

Coalition des parties civiles pour le Rwanda (CPCR), une organisation de la société civile basée en France, a appelé samedi 25 septembre le gouvernement français à ne pas accueillir le corps du colonel Dioniste Pacosora, un architecte génocidaire de premier plan tombé malade à la prison malienne.

Il a été condamné par le Tribunal pénal international pour l’ex-Yougoslavie (TPIR) à 35 ans de prison.

Fondé par Alain et Tafrosa Gaut Theor, le CPCR est une ONG qui vise à traduire en justice tous les suspects du génocide de 1994 contre les Tutsis vivant en France.

Dans un communiqué publié dimanche, L’organisation a déclaré; “Nous exhortons les autorités françaises à refuser d’enterrer les corps de Pacosora en France, où vivent de nombreux membres de sa famille”, indique le communiqué.

Lieu de pèlerinage ‘

La société civile a averti la France d’éviter de devenir un refuge pour les fugitifs génocidaires.

“La France, qui est déjà un refuge pour un grand nombre de personnes soupçonnées d’avoir participé au génocide contre les Tutsis, ne doit pas devenir un ‘lieu de pèlerinage’ pour ceux qui aspirent au régime génocidaire de Juan Habarimana”, indique le communiqué.

A la demande du CPCR, la France a déjà reçu la dépouille de Jean-Bosco Paraguay, l’ancien président de l’organisation politique extrémiste CDR. Barayagwiza était également membre fondateur et président de la RTLM, qui a contribué à faciliter le génocide contre la radio haineuse.

Les corps de Simon Bikindi ont également été retrouvés en France, où il était un musicien et auteur-compositeur de propagande du régime dont les chansons ont été diffusées sur la RTLM et d’autres boutiques extrémistes.

READ  La France en colère contre le nouvel accord américain face aux ambitions croissantes de la Chine en Asie

Les survivants réagissent

Les survivants du génocide et les membres des familles des politiciens tués, qui ont une haute responsabilité dans la pagode de la mort, ont été déçus par le fait que le cerveau du génocide n’a montré aucun remords jusqu’à sa mort.

Naphtali Ahishakie, secrétaire exécutif de la Genocide Survivors Umbrella Organization, a déclaré que les survivants étaient soulagés qu’il soit mort aux mains de la justice, selon Ibuka.

“Les lois disent qu’un crime est anéanti par la mort du délinquant, mais nous sommes heureux qu’il soit mort aux mains du système judiciaire d’enquête, de condamnation et de condamnation”, a-t-il déclaré.

Néanmoins, il a déploré que Pagosora ne regrette pas les crimes massifs qu’il avait commis, car il avait joué un rôle de premier plan dans le génocide de 1994 contre les Tutsis.

Pagosora est responsable de l’assassinat systématique de personnalités clés et de personnalités politiques de l’opposition, dont Landolt Ndasingwa, le ministre désigné du gouvernement local.

Natsinghwa, fondateur de l’hôtel Chess Lando, communément appelé Lando, a été tué le 7 avril 1994 avec toute sa famille.

La sœur de Lando, Anne-Marie Kandengwa, a déclaré que la mort de Pacosora devrait être un avertissement pour que les autres auteurs du génocide soient sympathiques et coopératifs, ce qui aiderait à documenter l’histoire du pays.

“Sa mort devrait faire pleurer les autres auteurs et coopérer pendant les enquêtes et la documentation pour garantir que toutes les informations permettant de guérir les survivants soient accessibles au public”, a-t-il souligné.

Pagosora, 80 ans, a été arrêté au Cameroun en mars 1996 et transféré à l’ICDR à Arusha, en Tanzanie, où il a participé au génocide de 1994 contre les Tutsis.

READ  L'espoir français de médaille olympique Lavilleni se retourne la cheville dans la course de Tokyo

Au début du génocide, il était le plus haut responsable du ministère de la Défense et contrôlait l’armée du régime génocidaire qui travaillait avec Interhome pour assassiner les Tutsis.

[email protected]

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *