Des milliers de personnes manifestent en Martinique, en France, contre les pesticides “ impunis ”

Des milliers de personnes ont manifesté sur l’île française de Martinique au cours du week-end pour protester contre un délai de prescription imminent qui pourrait nuire à la demande d’indemnisation pour les dommages généralisés causés par un insecticide hautement toxique.

Le chlordécone chimique a été largement utilisé entre 1972 et 1993 pour protéger les bananeraies des insectes Martinique Et la Guadeloupe voisine, également prof français Territoire des Caraïbes.

Plus de 90% de la population adulte de la Martinique et de la Guadeloupe souffre d’intoxication au chlordécone, selon l’Agence française de santé publique.

Le chlordécone, également connu sous le nom de Kepone, a été associé au cancer de la prostate – son taux en Martinique et en Guadeloupe est parmi les plus élevés au monde – ainsi qu’au cancer de l’estomac et du pancréas.

En 2009, la Convention de Stockholm sur les polluants organiques persistants a interdit leur utilisation dans le monde entier.

Pas moins de 15000 personnes selon les organisateurs – 5000 selon la police – ont participé à la marche samedi, en colère qu’il soit peut-être trop tard selon la loi française pour poursuivre les responsables de l’autorisation et de la commercialisation de pesticides qui ont des effets dangereux sur l’homme. Ils disent que cela est connu depuis les années 1960.

Plusieurs associations de la Martinique et de la Guadeloupe ont déposé une plainte pour empoisonnement de leur île en 2006, donnant lieu à une enquête deux ans plus tard.

Mais lors d’une audition par un juge d’instruction en janvier de cette année à Paris, on leur a dit que l’affaire pourrait relever du délai de prescription français, rendant impossible la poursuite de leur affaire.

READ  Hakimi du Paris Saint-Germain signe Covid-19 | SuperSport - La source africaine de vidéos sportives, de calendriers, de résultats et d'actualités

L’annonce a suscité une indignation généralisée dans les îles, menant à une manifestation samedi, dans laquelle la phrase “Pas d’impunité” a été vue écrite sur des panneaux.

“Des milliers de personnes ont été mobilisées pour répondre à la quantité de crachats que l’État français nous envoie, qui est le délai de prescription”, a déclaré Francis Carroll, un homme politique local de gauche, et a déclaré qu’il était probable que les terres de l’île resteraient contaminées. pour des centaines d’années.

“Le gouvernement a fait semblant d’accepter des mesures légales, mais n’a fait que se laver les mains petit à petit”, a déclaré Harry Bauchent, membre du mouvement politique Be-A. “Le gouvernement devrait protéger tous les Français”, a-t-il déclaré.

Environ 300 personnes ont manifesté lors d’un rassemblement simultané en Guadeloupe, selon un organisateur local, tandis que 200 personnes sont descendues dans les rues de Paris.

“L’ensemble du peuple français doit agir pour faire en sorte que la prescription ne soit pas appliquée”, a déclaré à l’AFP Tony Mango, président du collectif Duput Bo Guadeloupe.

Il a dit que c’était la première manifestation du genre depuis la pandémie de Covid, “mais nous ne nous arrêtons pas ici”.

(AFP)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *