Des signes de médiation algérienne émergent alors que la crise du Nil se poursuit | Blitz de sabre

Le ministre algérien des Affaires étrangères d’Alger Ramd்தn Lamamra a entamé une tournée diplomatique qui le conduira dans plusieurs capitales africaines, à commencer par l’Éthiopie, où se trouve l’Union africaine (UA).

L’UA est l’un des terrains de jeu préférés des hauts diplomates, où il a été nommé ministre des Affaires étrangères dans le cadre d’une nouvelle hiérarchie gouvernementale annoncée il y a quelques jours par le président Abdelmadjit Deboun.

Lamamra espère guider activement les efforts diplomatiques de son pays, en particulier à la suite des récents développements dans la région et de la tournée africaine. Plus tôt ce mois-ci, Israël a obtenu le statut d’observateur de l’UA après 20 ans d’efforts diplomatiques. Il existe également des tensions diplomatiques algériennes avec Rafat sur la question épineuse du Sahara occidental, Rafat ayant récemment remporté un succès diplomatique, c’est-à-dire la décision des États-Unis de reconnaître la souveraineté marocaine d’ici la fin de 2020.

La préoccupation de Lamira pour les questions africaines figurait en bonne place à l’ordre du jour des entretiens avec le haut diplomate tunisien Othman Gerandi. Les deux ministres ont discuté des derniers développements en Tunisie, qui se trouvent à un moment critique après que le président Guiz Syed a suspendu le parlement pendant 30 jours et s’est emparé de tous les pouvoirs exécutifs en utilisant la constitution.

Dans un tweet sur son compte Twitter personnel, Lamamra a déclaré : « J’ai parlé avec mon frère Othman Gerandi, ministre des Affaires étrangères de la république sœur de Tunisie, où nous avons passé en revue l’évolution de la situation épidémique et les efforts pour contrôler l’épidémie dans les deux pays. Nous avons également discuté des principaux développements liés à l’Union africaine.

READ  Judoka algérien disgracié : les fédérations sportives collaborent avec le « terrorisme sioniste »

Lamamra, qui cherche à réactiver la diplomatie de son pays sur le continent africain, tente d’évaluer si une action menée par l’Algérie pourrait résoudre un différend de dix ans sur le Grand Ethiopian Renaissance Dam (GERT). A cet égard, la Haute Diplomatie algérienne, les parties en conflit, notamment l’Egypte et l’Ethiopie, doivent être prêtes à accepter toute tentative de désamorcer les tensions ou d’engager des négociations, la médiation algérienne étant prête à apaiser la crise.

Avant de partir pour Le Caire et Khartoum, Lama Lamra a tweeté : « J’ai eu l’honneur de rencontrer le président éthiopien Sahle-Vorksevde aujourd’hui (mercredi).

« Nous avons discuté d’un certain nombre de sujets liés aux relations stratégiques entre l’Algérie et l’Éthiopie, la situation de paix et de sécurité sur notre continent et les possibilités de renforcer le partenariat afro-arabe », a-t-il ajouté.

Lors de la visite de Lamarme à Addis-Abeba, les deux parties ont convenu de forger une coopération multilatérale et de renforcer la coopération régionale. Les deux parties ont également discuté de la question du barrage Renaissance.

Lamamra, qui possède une vaste expérience des affaires africaines après des niveaux clés de sécurité et de lutte contre le terrorisme de l’UA, souhaite réactiver le rôle de son pays en Afrique en lançant un effort de médiation pour résoudre le barrage du Nil avec confiance. Après avoir atteint l’Éthiopie, le ministre algérien a l’occasion de tester à la fois en Égypte et au Soudan.

L’Algérie parie sur le poids de l’Éthiopie et de l’Égypte pour vacciner l’Union africaine contre la récente incursion israélienne. L’Algérie a initialement sous-estimé l’importance qu’Israël accorde le statut d’observateur à l’UA.

READ  Les revendications de l'Algérie, du Sénégal et de la Tunisie aboutissent à l'amitié internationale

« Cette décision, prise sans le bénéfice d’une large consultation préalable avec tous les États membres, n’a pas la capacité ou la capacité de légitimer les pratiques et les comportements du nouvel observateur, qui sont totalement incompatibles avec les valeurs, les politiques et les objectifs.

« La récente administration du chef de la Commission de l’Union africaine (UA) accueille un nouvel observateur relevant de ses pouvoirs exécutifs, ce qui est peu susceptible de changer le soutien continu et actif du continent à la cause palestinienne », ajoute le rapport.

La tournée de Lamamira en Afrique pourrait également être une tentative de mise en œuvre d’une action arabe commune au sein de l’Union africaine, en particulier à la suite du conflit palestino-israélien et des menaces sur les ressources en eau des deux principaux États arabes d’Égypte, l’Égypte et le Soudan.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *