Deux personnes ont été tuées alors que les Iraniens protestaient contre le régime, scandant « Les mollahs sont perdus !

Au moins deux manifestants ont été tués par les forces de sécurité en Iran samedi alors que des manifestations anti-gouvernementales éclataient à nouveau, quatre semaines après la mort d’une jeune femme en garde à vue.

une Le conducteur a été abattu Des observateurs des droits de l’homme dans la ville de Sanandaj, dans le nord du pays, ont déclaré après que des coups de feu ont été tirés sur des policiers stationnés sur une route principale. Des photos horribles du cadavre ensanglanté de l’homme ont circulé sur Internet.

Un deuxième manifestant a été tué dans la même ville et 10 autres ont été blessés lorsque les forces de sécurité ont tiré pour disperser la foule en colère, selon le Kurdistan Human Rights Network.

À Téhéran, des manifestantes en colère ont scandé « Raeesi is lost » et d’autres slogans anti-régime pendant que le président iranien Ebrahim Raisi visitait l’université privée pour femmes de Zahra pour célébrer la Journée nationale des étudiants.

Le président de la ligne dure a réitéré ses affirmations selon lesquelles les ennemis étrangers étaient à blâmer pour les manifestations qui ont commencé il y a quatre semaines, après Mohassa Amini, 22 ans. Décédé en garde à vue Après son arrestation pour avoir enfreint le code vestimentaire strict des femmes dans le pays.

Un conducteur a été tué dans sa voiture par balle à Sanandaj.
AFP via Getty Images
Le président iranien Ebrahim Raisi a blâmé les étrangers pour les manifestations anti-gouvernementales.
Le président iranien Ebrahim Raisi a blâmé les étrangers pour les manifestations anti-gouvernementales.
Twitter /IranIntl_En

Raisi a déclaré dans un discours aux professeurs et étudiants: « L’ennemi pensait qu’il pouvait poursuivre ses désirs dans les universités sans se rendre compte que nos étudiants et professeurs sont conscients et qu’ils ne permettront pas aux plans futiles des ennemis de se réaliser. » Il a récité un poème comparant les « émeutiers » à des mouches.

READ  Des sources ont déclaré que la Maison Blanche en était aux premières discussions sur le voyage du président Biden en Europe

Mais les étudiantes Il a répondu: « Mon patron est perdu. » Et les « mollahs sont perdus » lors de la visite du président sur le campus universitaire, a rapporté Reuters.

Et dans des vidéos filmées à travers le pays samedi – y compris dans la ville de Mashhad, au nord-est, et dans plusieurs quartiers de la capitale, Téhéran – on peut voir des femmes brûler des foulards ou les fouetter en l’air.

Des groupes de défense des droits de l'homme pensent que deux personnes ont été tuées par les forces de sécurité iraniennes.
Des groupes de défense des droits de l’homme pensent que deux personnes ont été tuées par les forces de sécurité iraniennes.
Twitter /IranIntl_En

Une foule des deux sexes a manifesté dans les rues d’Arak, une ville du centre de l’Iran, scandant « Nous tuerons, nous tuerons celui qui a tué notre sœur », selon les vidéos. Publié sur Twitter.

La colère s’est renouvelée dans le pays jeudi et vendredi après que les familles des filles, Nika Chakarami, 17 ans, et Sarina Ismailzadeh, 16 ans, ont accusé les forces de sécurité d’avoir commis des crimes. Battre leurs filles qui protestent A mort en septembre.

Vendredi, le juge en chef Hossein Fazli Harikande a affirmé que Shakarami s’était suicidée en sautant d’un toit – une affirmation que le régime a également faite à Ismailzadeh.

Sarina Ismailzadeh avait 16 ans.
Sarina Ismailzadeh avait 16 ans.
YouTube / @sarinacmz

Mais la triste mère de Shakrami a dit que le corps de sa fille était en bonne santé – alors que Certaines de ses dents, des os de son visage et une partie de son crâne ont été cassés à l’arrière.

« Sa tête a été endommagée », a déclaré la mère à Radio Farda. « Son corps était intact, bras et jambe. »

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.