Diffusion de la demande des journalistes détenus par les manifestants algériens

Les journalistes algériens ont exigé que tous leurs collègues soient détenus à l’avance et que la justice les poursuive en raison de leurs positions politiques.

Des journalistes ont défilé dans la capitale pour marquer la Journée mondiale de la liberté de la presse, condamnant le gouvernement et la répression sécuritaire.

Les forces de sécurité ont bouclé la place de protestation pour empêcher les manifestants de quitter la rue principale.

Le 19 avril, des manifestants ont exigé la libération de Rabaa Karaz, correspondante du quotidien libéral, qui avait été placée en détention provisoire. Les autorités l’ont accusé de «répandre la haine» et de «faire de la discrimination».

L’observateur du Reporter sans frontières (RSF), Khalid Trainee, s’est joint aux manifestants. Il a été libéré de prison en février après avoir passé onze mois pour «atteinte à l’unité nationale». Cependant, il attend toujours son procès devant la Cour suprême.

Hassan Ovali de Liberty, dans un communiqué, a souligné qu’il n’y avait aucune justification à l’emprisonnement de Karachi car il avait exercé son travail professionnellement pendant de nombreuses années en tant que journaliste.

Au cours des deux dernières années, le gouvernement a bloqué plusieurs sites Web d’information, dont le Maghreb Emergency et Dowd Sur el Algeri, en raison d’articles critiques à l’égard du président et des services de sécurité.

Le journaliste Njib Belheimer a accusé les autorités de tenter de contrôler les médias en créant de nouvelles lois visant les journalistes et les blogueurs, témoignage de la répression à leur encontre.

Pendant ce temps, le ministre de l’Information et porte-parole du gouvernement, Ammer Belheimer, a déclaré à un journal local qu’il souhaitait maintenir la liberté de la presse nationale.

READ  Après l'Afghanistan, l'Europe se demande si ce que dit la France sur les Etats-Unis est correct

Il a souligné que certains médias étaient corrompus, mettant l’accent sur des recherches approfondies et soulignant que d’importantes sommes d’argent provenant de publicités gouvernementales, appartenant à la période Bouteflika, avaient été introduites clandestinement à l’étranger.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *