Disney + Nears accord de fenêtrage avec des groupes de télévision français

Après avoir choisi de sauter une sortie en salles française du dernier film d’animation, « Strange World », Disney+ est sur le point de conclure un accord avec les groupes de télévision français sur leurs fenêtres.

Disney + a décidé de diffuser « Strange World » en direct sur son service en France pour protester contre les règles strictes de fenêtrage du pays, qui ne s’appliquent qu’aux films en première diffusion dans les salles. En France, la fenêtre n’est pas une question contractuelle comme c’est le cas dans la plupart des autres pays ; Réglementé par un décret définissant des fenêtres exclusives pour chaque plateforme de distribution, en commençant par les salles, puis la télévision payante, la VOD transactionnelle et les chaînes gratuites, ainsi que la SVOD.

Les orientations du début de 2022 ont fixé la fenêtre des services par abonnement comme Disney + à 17 mois après la sortie en salles en France. C’est moins restrictif que la fenêtre précédente, qui obligeait les consommateurs à attendre trois ans après la sortie en salles. Mais les opérateurs disent que ce n’est pas une dérogation suffisante, puisque les nouvelles directives ne s’appliquent qu’aux films réalisés en interne ou par des filiales dans le cas de Disney avec les films Disney/Pixar et Marvel, et Amazon avec des titres MGM comme les films James Bond.

La protestation de Disney a été déclenchée par une exigence française selon laquelle les services de streaming retirent temporairement leurs propres films de leurs plateformes cinq mois après avoir commencé à diffuser afin que les chaînes gratuites, telles que TF1, France Télévisions et M6, puissent avoir leur propre fenêtre d’exclusivité. commençant 22 mois après la sortie du film en salles pendant 14 mois.

READ  Coronavirus: la NRA annule sa réunion annuelle en raison de l'augmentation des cas de Covid à Houston - comme cela s'est produit

Un amendement aux règles de la fenêtre pour les films produits en interne par les services de streaming avec un budget de plus de 25 millions de dollars est actuellement en cours de négociation. S’il est approuvé par toutes les parties, le changement permettrait à des services comme Disney+ et Amazon de prolonger la durée de leur fenêtre SVOD de deux mois, jusqu’à 22 mois après la sortie en salles. De plus, au lieu de devoir retirer ces films de leurs services pendant les fenêtres de diffusion gratuite, les plateformes ne seront tenues de les retirer que pendant 60 jours à compter du premier jour de leur diffusion sur les chaînes gratuites.

« Nous sommes presque parvenus à un compromis avec ces services, mais nous faisons le plus d’efforts », a déclaré une source proche d’un des groupes de télévision gratuits français.

Toutes les autres parties telles que le groupe de télévision payante Canal + devront approuver le nouvel amendement.

La bannière appartenant à Vivendi, qui a investi 680 millions de dollars dans des films nationaux jusqu’en 2024 pour bénéficier de l’accès à de nouveaux films six mois après leur sortie, a déjà protesté contre la perspective de telles modifications des règles existantes.

En ce qui concerne les autres règles de fenêtre, elles devraient rester en place pendant au moins un an, bien que Netflix ait espéré apporter des changements au début de 2023. Netflix, qui investit environ 40 millions de dollars dans les films – bien plus que les autres plateformes – 15 mois d’attente en France pour la diffusion des films distribués en salles. Plusieurs réunions importantes auront lieu en janvier pour discuter de ces questions brûlantes.

READ  L'équipe nationale africaine peut atteindre la finale de la Coupe du monde 2026 - Motsepe, entraîneur de la CAF

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.