Du divertissement, mais à quel prix – Jumbo-Visma panique-t-il à Tou – Rouleur

L’équipe a réalisé une ouverture inhabituellement forte jusqu’à l’étape 12 pour très peu de récompense à la fin.

La bataille du classement général du Tour de France est une course d’endurance. Le gagnant à la fin des trois semaines sera le coureur qui a chronométré ses efforts à la perfection, n’a jamais dépensé trop d’argent quand il n’en avait pas besoin et en a fait assez, mais Juste Adéquat. Chaque petite consommation d’énergie compte, et une erreur de jugement peut faire la différence entre monter en jaune sur le podium à Paris ou quitter la course avec le goût amer de la déception. Personne ne sait tout cela mieux que le champion en titre du Tour Jumbo-Visma, ce qui soulève la question : que diable faisaient-ils lors de l’étape 12 de la course de cette année ?

La lutte pour l’échappée à la sortie du peloton de Rouen aujourd’hui a été absolument brutale : il a fallu plus de 80 kilomètres de course pour que le groupe final se détache. Alors que l’avant de la course s’est cassé à plusieurs reprises, l’arrière aussi – les coureurs ont été éjectés du peloton aussi rapidement qu’ils coupaient l’avant et l’impact de la rondelle du peloton s’est produit sur son cycle d’essorage le plus rapide. Normalement, cela serait une situation terrible pour l’équipe qui défend le jaune, qui préfère contrôler qui se déplace avec l’échappée. Mais aujourd’hui, c’est l’équipe du leader de la course qui sème le chaos.

READ  Des cinéastes à Cannes exhortent la France à affronter le passé colonial en Algérie et en Afrique

Dans des éclairs noirs et jaunes, Wout van Aert, Theisj Pinot et Wilko Keldermann volaient sur la route, lançant leurs propres attaques et stoppant celles des autres. Les yeux de ceux d’entre nous qui regardaient le chaos à la télévision se sont encore élargis, lorsque même le porteur du maillot jaune Jonas Vengegaard a commencé à se replier sur lui-même, poursuivant les attaques de ses collègues prétendants au GC comme Simon Yates, bien sûr avec Tadej. Pogačar se tendit avec vigilance sur le volant. Le chaos s’est poursuivi au fil des kilomètres, au point qu’il est devenu impossible de rester à l’écart du circuit. C’était du divertissement.

Il est difficile d’imaginer des courses comme celle-ci lors des Tours précédents – comparez les trains Team Sky avec les trains spécifiques de Team Sky aujourd’hui, lorsque les deux principaux favoris pour remporter la course générale étaient sur le point d’éclairer les choses dans les premiers kilomètres d’une étape qui aurait dû être juste une transition pour les hommes du GC. Il semblait que chaque coureur était seul et les tactiques de Jumbo surprenaient même les experts du cyclisme les plus chevronnés.

S’adressant à GCN après l’étape, le directeur sportif de Jumbo-Visma, Merijn Zeeman, a déclaré que Jumbo souhaitait avoir une échappée, idéalement l’un de ses deux coureurs, afin de s’assurer des secondes supplémentaires au sommet de la montée. Finalement, ils ont été emmenés Pogachar, qui talonne Vinegaard au GC. Cela rend la tactique de l’équipe néerlandaise quelque peu logique, mais il semble toujours qu’ils l’ont fait d’une manière qui a rendu la tâche beaucoup plus difficile pour eux-mêmes qu’ils n’auraient dû l’être. Normalement, une équipe comme Jumbo-Visma essaierait de laisser l’échappée commencer tôt et continuerait ensuite à fermer la route pour éviter qu’elle ne devienne incontrôlable, plutôt que d’y mettre les coureurs eux-mêmes. Dans leur course offensive, ils ont même abattu la technique supérieure de Vingegaard et le remplaçant de GC, Sepp Kuss (Kuss a réussi à reprendre contact avec le groupe principal, mais c’était un moment dangereux pour les Américains.) Alors pourquoi ont-ils fait cela ? Ressentent-ils la pression de la précision du GC au sommet ? Est-ce l’effet Tadej Pogacar ?

READ  Brad Pitt poursuit son ex-femme Angelina Jolie pour lui avoir vendu une participation dans un domaine viticole français

Il est vrai que le coureur du Team UAE semble se mettre dans la peau de Jumbo-Visma, si proche de Vingegaard au classement général qu’il n’a aucune place ni chance de se reposer sur ses lauriers. Il a prouvé à plusieurs reprises qu’il était plus rapide que Vingegaard dans les sprints pour gagner des secondes supplémentaires, et dans la dernière étape de montagne, il s’est opposé aux coureurs les plus forts. Il n’a jamais peur d’attaquer ou de courir fort, surtout lorsqu’il sent la faiblesse des autres, ce qui semble rendre Jumbo-Visma nerveux. Aujourd’hui, c’était loin de l’approche disciplinée et réfléchie que nous avions vue de la part de l’équipe en jaune plus tôt dans la course, et au lieu de cela, ils ont commencé à paraître un peu tendus et tendus.

En fait, l’équipe émiratie des Émirats arabes unis est sans doute sortie de l’étape d’aujourd’hui dans une position plus forte que Jumbo-Visma : elle avait beaucoup moins de travail à faire, et tout ce que Bogarar faisait pendant ces heures d’ouverture tumultueuses de l’étape d’aujourd’hui était de suivre la roue de Vengegard, tandis que le Danois frénétiquement pourchassé. Tout disparaissait sur le chemin devant lui. Il y a eu des moments où les Émirats arabes unis étaient mieux représentés en tête de la course que Jumbo, puisqu’ils comptaient six coureurs dans le groupe 1 alors que Jumbo n’en avait que cinq. L’étape de demain convient également à Pogacar, avec un seul effort soutenu sur le Grand Colombier en fin de journée. Le Slovène se sentira en confiance lors de sa récupération ce soir.

READ  Enfin du cinéma ! Arts, images et spectacles en France, 1833-1907

Au final, l’attaque des Jumbo-Visma sur la 12e étape du Tour de France a-t-elle été un spectacle ? Oui bien sûr. La course était-elle raisonnable ? Peut être pas.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *