Élections françaises : l’extrême droite arrive en tête au premier tour, un coup dur pour Macron, selon les attentes



CNN

Le parti d’extrême droite du Rassemblement national dirigé par Marine Le Pen a progressé au premier tour des élections présidentielles françaises. France Les premières attentes indiquaient que le Parti de la justice et du développement organiserait dimanche des élections législatives anticipées, ce qui le rapprocherait plus que jamais des portes du pouvoir.

Après un taux de participation inhabituellement élevé, le bloc du Front national est arrivé en tête avec 34 % des voix, tandis que la coalition de gauche du Nouveau Front populaire est arrivée en deuxième position avec 28,1 %, et la coalition du président Emmanuel Macron est tombée à la troisième place avec 20,3 %, selon les estimations préliminaires. par l’Institut Ipsos.

Même si le Front national semble être en passe de remporter le plus grand nombre de sièges à l’Assemblée nationale, il pourrait ne pas être en mesure d’obtenir les 289 sièges nécessaires pour obtenir la majorité absolue, ce qui suggère que la France pourrait se diriger vers un parlement sans majorité et une plus grande politique politique. incertitude.

Les attentes indiquent qu’après le deuxième tour de scrutin dimanche prochain, le Parti du Rassemblement national remportera entre 230 et 280 sièges sur les 577 sièges de la Chambre des représentants – une augmentation stupéfiante par rapport aux 88 sièges qu’il a remportés au Parlement sortant. Le Front national devrait obtenir entre 125 et 165 sièges, tandis qu’Ensemble est à la traîne avec entre 70 et 100 sièges.

Les élections, convoquées par Macron après la défaite de son parti face au Front national aux élections européennes du début du mois, pourraient lui permettre de purger les trois années restantes de son mandat présidentiel dans le cadre d’un étrange partenariat avec un Premier ministre d’un parti d’opposition.

Des célébrations ont éclaté à Hénin-Beaumont, une ville du nord du pays, à l’annonce des résultats, mais Marine Le Pen n’a pas tardé à souligner que le vote de dimanche prochain serait décisif.

« La démocratie a parlé, et le peuple français a donné la priorité au Rassemblement national et à ses alliés, anéantissant pratiquement le bloc macroniste », a-t-elle déclaré devant une foule enthousiaste, ajoutant : « Rien n’est gagné, et le second tour aura lieu ». « décisif. »

Dans un discours prononcé au siège du Front national à Paris, Jordan Bardella, le chef du parti de 28 ans qui deviendra Premier ministre, a fait écho au message de Le Pen.

Bardella a déclaré : « Le vote qui aura lieu dimanche prochain est l’une des élections les plus décisives de toute l’histoire de la Ve République ».

READ  Royaume-Uni : une femme canular a volé des diamants en les échangeant contre des cailloux

Dans des discours optimistes avant le premier tour, Bardella a déclaré qu’il rejetterait un gouvernement minoritaire, car le Rassemblement national aurait besoin des voix de ses alliés pour adopter des lois. Si le Rassemblement national ne parvient pas à obtenir la majorité absolue et que Bardella reste fidèle à sa parole, Macron devra peut-être alors chercher un Premier ministre à l’extrême gauche, ou ailleurs pour former un gouvernement technocratique.

Yves Hermann/Reuters

Marine Le Pen vote dans un bureau de vote à Hénin-Beaumont, le 30 juin 2024.

Avec un nombre sans précédent de sièges au scrutin à trois, une semaine de négociations politiques va maintenant commencer, alors que les partis centristes et de gauche décideront ou non de se retirer par sièges individuels pour bloquer le parti nationaliste et anti-immigration. Front – qui a longtemps été un paria dans la politique française – de remporter la majorité.

Par le passé, lorsque le Rassemblement national – sous son ancien nom, le Front national – avait obtenu de bons résultats au premier tour des élections, les partis de gauche et du centre s’étaient auparavant unis pour les empêcher d’accéder au pouvoir, selon un principe connu sous le nom d’« encerclement ». en bonne santé. »

Après que Jean-Marie Le Pen – le père de Marine et leader du Front national pendant des décennies – ait battu de manière inattendue le candidat socialiste Lionel Jospin à l’élection présidentielle de 2002, les socialistes ont appuyé le candidat de centre droit Jacques Chirac, le dénonçant. Écrasement au second tour.

Dans une tentative de priver le Rassemblement national de sa majorité, le Front national progressiste – une coalition de gauche formée au début du mois – a promis de retirer tous ses candidats arrivés en troisième position au premier tour.

« Nos instructions sont claires : pas une voix supplémentaire, pas un siège supplémentaire pour le Rassemblement national », a déclaré dimanche Jean-Luc Mélenchon, leader de La France Insoumise – le plus grand parti du NFP.

Dimitar Delkov/AFP/Getty Images

Des manifestants participent à une marche contre l’extrême droite après l’annonce des résultats du premier tour des élections législatives, place de la République à Paris le 30 juin 2024.

Mélenchon a ajouté : « Nous avons une longue semaine devant nous, et chacun prendra sa décision avec sa conscience, et cette décision déterminera, à long terme, l’avenir de notre pays et le sort de chacun de nous ».

Marine Tondiller, leader du Parti Vert – une partie plus modérée du Front National pour le Changement – a lancé un appel personnel à Macron pour qu’il se retire de certains sièges afin de priver le Rassemblement National de la majorité.

READ  Les armes nucléaires devraient faire partie du débat sur la défense au sein de l'Union européenne - DW - 29/04/2024

« Nous comptons sur vous : abandonnez-vous si vous terminez troisième dans une course à trois, et si vous n’êtes pas qualifié pour le second tour, invitez vos partisans à voter pour un candidat qui soutient les valeurs républicaines », a-t-elle déclaré.

Les alliés de Macron au sein du parti Rassemblement ont également appelé leurs partisans à empêcher l’extrême droite de prendre le pouvoir, mais ont mis en garde contre le fait de prêter leurs voix au controversé Mélenchon.

Gabriel Attal, protégé de Macron et Premier ministre sortant, a exhorté les électeurs à empêcher le Rassemblement national de remporter la majorité, mais a déclaré que le parti Insurrection de France de Mélenchon « empêchait une alternative crédible » au gouvernement d’extrême droite.

L’ancien Premier ministre Edouard Philippe, autre allié de Macron, a déclaré : « Il ne faut pas voter pour les candidats du Rassemblement national, mais aussi pour les candidats de la France inflexible, avec lesquels nous sommes en désaccord sur les principes fondamentaux. »

Mais il n’est pas certain que le vote tactique puisse empêcher le Parti du Rassemblement national d’obtenir la majorité. Lors du vote de dimanche, le Rassemblement national a obtenu un soutien dans des domaines qui étaient inimaginables jusqu’à récemment. Dans la 20e circonscription du département du Nord, une zone industrielle, le leader du Parti communiste Fabien Roussel a été battu dès le premier tour par un candidat du Rassemblement national sans expérience politique préalable. Les communistes occupaient ce siège depuis 1962.

Abdel Sabour/Reuters

Jean-Luc Mélenchon récupère les bulletins de vote avant de voter dans un bureau de vote à Paris, le 30 juin 2024.

La décision de Macron de convoquer des élections anticipées – les premières en France depuis 1997 – a surpris le pays et même ses plus proches alliés. Le vote de dimanche a eu lieu trois ans plus tôt que nécessaire et trois semaines seulement après la défaite du parti Ennahda de Macron face au Front national aux élections au Parlement européen.

Macron s’est engagé à remplir le reste de son dernier mandat présidentiel, qui s’étend jusqu’en 2027, mais est désormais confronté à la perspective de devoir nommer un Premier ministre issu d’un parti d’opposition – dans un arrangement rare connu sous le nom de « cohabitation ».

Le gouvernement français n’a pas beaucoup de difficultés à adopter des lois lorsque le président et la majorité au Parlement appartiennent au même parti. Dans le cas contraire, les choses peuvent s’arrêter. Alors que le président définit la politique étrangère, européenne et de défense du pays, la majorité parlementaire est chargée d’adopter les lois nationales, telles que les retraites et les impôts.

READ  Tentative de coup d'État en Bolivie : un général est arrêté et l'armée fuit le palais

Mais ces pouvoirs pourraient se chevaucher, ce qui pourrait plonger la France dans une crise constitutionnelle. Par exemple, Bardella a exclu l’envoi de troupes pour aider l’Ukraine à résister à une invasion russe – une idée lancée par Macron – et a déclaré qu’il ne permettrait pas à Kiev d’utiliser du matériel militaire français pour frapper des cibles en Russie. On ne sait pas exactement quelle volonté prévaudra dans des conflits comme celui-ci, où la frontière entre politique intérieure et politique étrangère est floue.

Geoffroy van der Hasselt/AFP/Getty Images

Des manifestants debout sur le Monument de la République allument les lumières alors qu’ils participent à une marche après l’annonce des résultats du premier tour des élections législatives françaises, place de la République à Paris le 30 juin 2024.

Un gouvernement d’extrême droite pourrait conduire à une crise financière et constitutionnelle. Le Rassemblement national s’est engagé à dépenser sans compter – depuis l’annulation des réformes des retraites de Macron jusqu’à la réduction des taxes sur le carburant, le gaz et l’électricité – à un moment où le budget français pourrait être soumis à une réduction brutale de la part de Bruxelles.

Avec un déficit budgétaire parmi les plus élevés de la zone euro, la France devra peut-être s’engager dans une période d’austérité pour éviter de tomber dans le piège des nouvelles règles budgétaires approuvées par la Commission européenne. Mais si les plans de dépenses du Parti conservateur sont mis en œuvre, ils feront monter en flèche le déficit de la France – une perspective qui a effrayé les marchés obligataires et conduit à des avertissements concernant une « crise financière à la Liz Truss », une référence à la plus petite femme Premier ministre du pays. l’histoire du service britannique.

Dans une brève déclaration dimanche soir, Macron a déclaré que le taux de participation élevé montrait « la volonté des électeurs français de clarifier la situation politique » et a appelé ses partisans à se rassembler pour le second tour.

« Devant l’Assemblée nationale, l’heure est à un large rassemblement, clairement démocrate et républicain, pour le second tour », a-t-il déclaré.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *