Enfin, les scientifiques ont mis au point un mécanisme moléculaire clé derrière l’audition humaine : ScienceAlert

Les scientifiques ont enfin révélé la structure d’un mystérieux complexe protéique à l’intérieur de l’oreille interne qui permet aux humains d’entendre.

Pour résoudre ce casse-tête vieux de plusieurs décennies, les chercheurs ont dû cultiver 60 millions de vers ronds (Certains types sont élégants), qui utilise un complexe protéique très similaire à celui des humains pour détecter le toucher.

Étant donné que les humains n’ont qu’une infime quantité de cette protéine dans leurs oreilles internes, ils se tournent vers une autre source C’était le seul moyen pour l’équipe de synthétiser suffisamment de protéines pour l’étude.

« Nous avons passé plusieurs années à affiner les méthodes de croissance des vers et l’isolement des protéines, et nous avons eu de nombreux moments de ‘fond de pierre’ où nous avons pensé à abandonner », Dit Co-premier auteur Sarah Clark, biochimiste de l’Oregon Health & Science University (OHSU) à Portland.

Les chercheurs savent depuis un certain temps que le complexe protéique de type canal transmembranaire 1 (TMC1) joue un rôle important dans l’audition, mais sa composition exacte est restée insaisissable.

« C’est le dernier système sensoriel dans lequel le mécanisme moléculaire sous-jacent reste inconnu », Dit Auteur principal Eric Guo, biochimiste à l’OHSU.

Grâce à cette nouvelle recherche publiée dans tempérer la natureNous savons maintenant que ce complexe protéique agit comme un canal ionique sensible à la tension qui s’ouvre et se ferme en fonction du mouvement des cheveux dans l’oreille interne.

En utilisant la microscopie électronique, les chercheurs ont découvert que le complexe protéique est « en forme d’accordéon », avec des sous-unités « équilibrées comme des boutons » de chaque côté.

READ  La bulle cosmique géante formant des étoiles entourant la Terre

Les ondes sonores traversant l’oreille frappent le tympan (membrane tympanique), puis l’oreille interne où les os vibrent ; Trois des plus petits os du corps. Les osselets frappent la cochlée en forme d’escargot, qui à son tour se débarrasse de filaments microscopiques en forme de doigts appelés striocelles.

Ces ions stéréotaxiques sont intégrés dans des cellules qui contiennent des canaux ioniques formés par le complexe TMC1 qui s’ouvrent et se ferment lorsque les cheveux bougent, envoyant des signaux électriques le long du nerf auditif au cerveau pour être interprétés comme un son.

(ttsz / Getty Images)

« Le domaine des neurosciences auditives attend ces résultats depuis des décennies, et maintenant qu’ils sont là, nous sommes ravis », Dit L’oto-rhino-laryngologiste de l’OSHU, Peter Barr-Gillespie, un chef de file national de la recherche en audiologie, n’a pas participé à l’étude.

Cette découverte pourrait un jour aider les chercheurs à développer des traitements contre la perte auditive.

La perte auditive et la surdité touchent plus de 460 millions de personnes dans le monde. En comprenant la nature de l’audition, les chercheurs peuvent continuer à trouver diverses façons de soutenir, de traiter ou de prévenir la perte auditive dans notre communauté.

Cet article a été publié en tempérer la nature.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.