Et si nous sommes coincés ici ?

Pour être honnête, je crois en l’avenir de la colonisation spatiale parce que je veux y croire. C’est romantique. C’est une aventure. elle est froide! C’est aussi, dans le pire des cas, le moyen de préserver les espèces si la Terre est détruite. L’ancien dieu de l’humanité Pour nous sauver même si dans ces circonstances, nous ne le méritons peut-être pas. J’encourage fortement les missions Artemis et le projet Gateway, qui pourraient commencer la construction d’une station spatiale en orbite autour de la Lune d’ici la fin de la décennie, ainsi qu’une mission habitée vers Mars de mon vivant. Rêvez au-delà, car il est bon et sain de rêver. Sur notre chemin, nous rencontrons d’innombrables obstacles technologiques qui méritent d’être surmontés : nous progressons scientifiquement en identifiant les défis qui peuvent être surmontés.

Et si certains défis n’étaient pas des obstacles mais des barrages routiers, non pas technologiques mais biologiques ? Si le problème n’est pas ce que nous pouvons construire, mais ce que nous sommes ? Ce serait un coup dur pour les espoirs futurs de la diaspora cosmique si les obstacles ne concernaient pas le temps et la distance, mais plutôt les faiblesses fondamentales du corps humain. Nous connaissons depuis longtemps les effets néfastes des vols spatiaux sur le corps humain : perte osseuse, anémie, affaiblissement du système immunitaire, risques accrus de cancer, et la liste est longue. Certains problèmes sont causés par la microgravité ; D’autres proviennent du rayonnement de fond spatial – la NASA estime que les astronautes sont exposés à l’équivalent Jusqu’à 6 000 radiographies pulmonaires. Les astronautes en orbite terrestre basse, où est stationnée la Station spatiale internationale, sont en partie protégés de ce rayonnement par la magnétosphère terrestre, mais ils souffrent également de ses effets.

READ  3 personnes ont contracté le Coronavirus au Royaume-Uni, dans le comté de Fresno

Ajoutez à ces effets un effet potentiellement catastrophique : l’espace endommage considérablement nos reins.

L’étude, intitulée « Cosmic Kidney Disease », et Publié la semaine dernière dans Communications naturelles, examine la fonction rénale de 66 astronautes ayant passé jusqu’à 180 jours sur la Station spatiale internationale, ce qui est relativement sûr par rapport à une mission de retour sur Mars, qui pourrait durer quelques années et exposer les astronautes à des rayonnements plus intenses provenant des profondeurs. espace. Mais même ce temps limité a eu un impact significatif sur les astronautes. L’étude a révélé une diminution significative de la fonction rénale et un risque accru de calculs rénaux, en raison du rétrécissement des tubules rénaux. Et ça, pas besoin d’être médecin pour savoir que c’est une mauvaise chose. Les dommages peuvent être permanents après un certain temps. L’étude a simulé les effets d’une exposition plus longue sur des souris, et leurs reins ne se sont jamais rétablis.

De plus, les effets ne commencent à se manifester que lorsqu’il est trop tard pour les prévenir. « Si nous ne développons pas de nouveaux moyens de protéger les reins, je dirais que même si un astronaute peut se rendre sur Mars, il pourrait avoir besoin d’une dialyse au retour. » Le Dr Keith Siu a déclaré, auteur principal de l’étude. « Nous savons que les reins tardent à montrer des signes de dommages causés par les radiations ; lorsque cela deviendra clair, il sera peut-être trop tard pour éviter un échec, ce qui serait désastreux pour les chances de succès de la mission. »

READ  La persistance de Mars empêche le stockage des échantillons de roche à cause des débris

La NASA est bien consciente de la nécessité d’une radioprotection, en particulier des rayons cosmiques galactiques de haute énergie, lors de toute mission interplanétaire habitée, et elle Étudier les solutions potentielles. Une façon de se protéger contre les rayons cosmiques consiste à utiliser une masse de protection massive : un vaisseau spatial plus grand. Cependant, le lancement d’un tel vaisseau spatial serait très lourd et coûteux. Une autre option consiste à utiliser des matériaux qui protègent plus efficacement sans ajouter de poids. Ces matériaux n’existent pas actuellement. D’autres idées, telles que les champs de force ou les médicaments qui contrecarrent les effets des radiations, restent du domaine théorique lointain. Actuellement, il n’existe aucun moyen d’aller sur Mars ou au-delà sans exposer les astronautes à des doses mortelles de rayonnement.

Ce serait presque poétique si les contraintes qui nous maintiennent finalement au sol n’étaient pas celles de la distance et du temps, mais de notre corps lui-même. Mais est-ce que cela a du sens ? Nous avons évolué sur des milliards d’années pour survivre iciEt seulement ici : telle quantité de gravité, telle quantité d’exposition aux rayonnements, telle température, pression et composition de l’atmosphère. Quand on parle de Zone tempérée En termes d’habitabilité, ces paramètres n’ont rien de spécial, ce sont simplement ceux pour lesquels les humains sont conçus.

Ce n’est pas nécessairement une condamnation à mort pour l’exploration spatiale et la colonisation ; Le même esprit de science-fiction qui peut imaginer coloniser d’autres planètes peut tout aussi bien imaginer, je ne sais pas, le génie génétique pour protéger nos reins des ravages de l’espace. Mais il y a beaucoup de gens intelligents qui croient que ces problèmes et d’autres sont vraiment insurmontables et que nous ne vivrons jamais dans d’autres mondes. Ils pourraient avoir raison ! Ma première réaction est de trouver cela frustrant, mais ce n’est peut-être pas obligatoire. Ce serait peut-être plutôt excitant de savoir qu’en tant qu’espèce, nous devons vivre et mourir ici. Il n’y a rien de mal à cela – c’est désormais le cas pour toutes les autres espèces – et c’est peut-être une incitation à tirer le meilleur parti de ce que nous avons, à le préserver et à arrêter de le détruire. S’il n’est pas possible d’échapper à cette terre inhabitable, la seule option est de la réparer.

READ  Le comté de King exige des masques pour les événements en plein air, quel que soit le statut vaccinal - KIRO 7 News Seattle

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *