Faible participation alors que les Algériens votent aux élections législatives

L’Algérie a organisé hier des élections législatives qui, selon l’establishment au pouvoir, tourneront la page des troubles politiques au milieu d’une répression contre l’opposition, mais en milieu d’après-midi, peu de personnes avaient voté.
Deux ans après que des manifestations de masse ont forcé un président vétéran à démissionner dans la plus grande crise politique que l’Algérie ait connue depuis des décennies, les autorités luttent toujours pour réprimer le mouvement de protestation.
Le vote d’hier faisait suite à une élection présidentielle en 2019 et à un référendum sur une constitution révisée l’année dernière, mais de nombreux Algériens croient toujours que le vrai pouvoir est exercé par les forces militaires et de sécurité.
Clôture des sondages à 19h00 GMT et les résultats sont attendus aujourd’hui
L’autorité électorale a déclaré que seulement 14,5 % des électeurs avaient voté quatre heures avant le vote.
En comparaison, environ 33% ont voté avec trois heures pour voter aux élections de 2019, lorsque le taux de participation final était de 40%. Le président Abdelmadjid Tebboune a déclaré que les décisions sont prises à la majorité des voix de l’électorat, quel que soit le taux de participation.
“Cette élection est une nouvelle étape pour construire une nouvelle Algérie”, a-t-il déclaré après avoir voté en dehors de la capitale Alger.
L’enseignant Ali Jami, 33 ans, a commencé à faire la queue tôt pour voter dans la ville.
“Nous espérons que le prochain parlement sera une force de pression pour le changement souhaité par la majorité”, a-t-il déclaré.
Mais en Kabylie, qui est souvent un centre d’opposition politique, la police anti-émeute surveillait les bureaux de vote alors que les militants tentaient de brûler les urnes et que certains bureaux de vote fermaient tôt.
Le mouvement de protestation Hirak qui a évincé Abdelaziz Bouteflika de la présidence il y a deux ans veut évincer l’ancienne élite dirigeante et arrêter l’ingérence de l’armée dans la politique.
Il voit les élections avant cela comme une mascarade.
“Les élections ne donneront pas de légitimité au régime, et la répression et les arrestations n’arrêteront pas la révolution pacifique du peuple”, a déclaré Samir Belarbi, une figure éminente du mouvement.
Bien que le gouvernement ait publiquement accueilli le Hirak comme un mouvement de renouveau national et emprisonné d’anciens hauts fonctionnaires, la police a réprimé ce mouvement en procédant à des arrestations.
Les partis qui ont dominé pendant des décennies ont été endommagés par des accusations de corruption contre les alliés de Bouteflika, créant un espace permettant aux indépendants et aux partis islamistes modérés de rechercher plus de voix.
“Il y a une réelle opportunité de changement. Nous devons être concentrés et patients car le changement de régime ne se fera pas du jour au lendemain”, a déclaré Mohamed Mouloudi, le candidat du parti islamiste Binaa.
Dans un café du centre de la capitale, Jamal Badir, 42 ans, employé des postes, a déclaré que les élections ne changeraient rien et qu’il ne voterait pas. Il a dit : « Notre parlement est faible.
Les partis occupant une position forte au parlement feront probablement partie du prochain gouvernement de Tebboune, qui fait face à une crise économique imminente.
Les réserves de change ont diminué des quatre cinquièmes depuis 2013, car les revenus énergétiques ont chuté et les gouvernements successifs n’ont pas réussi à diversifier l’économie ou à stimuler une croissance robuste du secteur privé.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *