Faire de l’égalité des genres la norme’/IJF.org

Lors du congrès de la FIJ, le 3 juin 2021, les nouveaux membres du comité exécutif de la FIJ ont été annoncés. Parmi eux se trouvaient 3 femmes. Peut-être qu’il ne lit pas cela comme quelque chose de spécial. Peut-être que maintenant, en 2021, il n’est pas surprenant de voir des femmes nommées au plus haut niveau dans leurs domaines, mais c’est un sport de combat, un contexte de grappling, et jusqu’en 2017, il n’y avait aucune femme à ce poste.

Lorsque le Dr Lisa Allen a été nommée en 2017, pour la première fois, c’était un grand pas et cela a ouvert la porte, clairement, positivement et publiquement, d’une manière qui montrait les mesures prises dans le monde pour garantir que l’égalité des genres ne soit pas un geste ou un mot. C’était un rendez-vous nécessaire et naturel pour celui qui agit désormais en tant que responsable des événements du World Judo Tour.

Le Dr Alan rejoint maintenant Sanda Korac (CRO), Salima Sucre (ALG) et Erdent Oudh Khishigbat (MGL). Tous les trois ont joué un rôle important dans le judo et les communautés sportives au sens large pendant de nombreuses années et apportent des compétences et une expérience uniques à cette table de grande puissance.


Sanda Korac, Salima Sucre, Lisa Alan et Erdent Odd Khishegpat lors d’un dîner de bienvenue aux Championnats du monde à Budapest, juin 2021

Sanda Korac (CRO) – Directrice de l’éducation à l’IJF

Sanda Korac était une judoka compétitive, remportant le titre yougoslave plus de dix fois et figurait parmi les meilleures d’Europe dans les années 1980. Elle a passé une grande partie de sa carrière, une fois retirée du tatami, et s’est concentrée sur le monde universitaire, réunissant de nombreux aspects de la recherche autour d’un judo-centrique. Sanda est désormais rédactrice en chef du nouveau magazine « Arts et Sciences dans le judo » de l’IJF, dont le premier volume a été publié en ligne il y a quelques mois seulement.


Sanda Korac à l’IJF 2021

Le travail de Sanda a d’énormes implications pour la réévaluation et l’amélioration des systèmes d’entraînement, la gestion des blessures, la compréhension psychologique et d’innombrables autres sujets, qui sont tous importants non seulement au niveau de l’élite mais au niveau des clubs. C’est excitant, c’est le moins qu’on puisse dire.

L’un des nouveaux collègues de Sanda au comité exécutif de la Fédération internationale de golf est Salima Sucre (ALG), directrice du développement de l’IJF. Salima a participé à 4 Jeux Olympiques et a été 7 fois championne d’Afrique. Elle était une militante active des femmes dans le sport et a même occupé un poste de consultante auprès des Nations Unies.


Salima Sucre à l’IJF 2021

“Je suis très heureuse d’être élue à la Commission européenne. C’est une reconnaissance bienvenue après une longue carrière, plus de 36 ans dans le sport de compétition et au-delà. Ayant participé aux quatre Jeux Olympiques, j’ai travaillé comme entraîneure de judo féminin en Algérie. J’ai voulu promouvoir le judo féminin, réalisant Qu’il n’y a pas beaucoup de pratiquantes dans le pays. Je prends la responsabilité des femmes dans le judo et le sport en général pour l’Algérie et tout est question de développement. En tant que championne, j’ai l’opportunité non seulement de parler de gagner des médailles mais de défendre une cause.Je plaiderai toujours pour une participation égale dans tous les sports Dans mon pays, où il est traditionnellement inacceptable pour une femme d’être forte dans le sport.

Être membre de la Commission européenne est une opportunité importante et belle de pouvoir promouvoir l’égalité en Algérie et dans toute l’Afrique. J’exploite également un point de transit entre l’Afrique et le monde arabe. Il y a beaucoup de pays arabes où il y a des équipes masculines, alors qu’il n’y a pas d’équipes féminines. Il y a un courant de pensée qui préfère penser qu’investir dans les hommes est payant, ce qui est plus facile mais l’inverse est vrai ! En tant que ministre des Sports d’élite en Algérie, ma vie professionnelle est désormais alignée et je suis déterminé à ajouter de la valeur à l’IJF EC avec à la fois mon expérience et mes données démographiques. “

Le dernier siège est occupé par Erdenet-Od Khishigbat (MGL), directeur de la promotion mondiale de l’IJF. Erdenet-Od est également 4 fois olympienne et médaillée mondiale, a été 16 fois championne de Mongolie et a une expérience supplémentaire en tant qu’entraîneure de son équipe nationale au cours de deux Jeux olympiques complets. Elle a travaillé avec des judokas féminines prolifiques pendant 11 ans, à travers l’équipe nationale, et a pris sa retraite de son rôle d’entraîneur en 2019.

READ  Accord signé entre la Fondation olympique pour les réfugiés et la France

Entraînement aux championnats du monde 2017

“J’avais treize ans en 1988, et je venais de débuter le judo dans la capitale de la Mongolie. J’ai concouru pendant 20 ans et le tout en 32 ans consacrés au dojo. Je suis très content de ce choix.”

Je sens que j’ai maintenant une énorme responsabilité et je prends cela très au sérieux. Je connais vraiment le judo et le vois comme un avantage en apportant toute mon expérience au rôle de la Commission européenne. Premièrement, je veux apprendre à travailler au sein de l’équipe de la FIJ comme j’ai toujours vu de l’extérieur ; Il est nécessaire de surveiller l’organisation. À partir de là, j’ai l’intention de créer et d’affiner un plan pour aider la Mongolie ainsi que le reste de l’Asie.

Il y a des problèmes difficiles à affronter. Dans le passé, la culture mongole ne facilitait pas la compréhension des femmes qui voulaient pratiquer le judo. Mon objectif à long terme est d’aider les filles et les femmes, dont beaucoup viennent de zones rurales qui ont du mal à s’adapter à la culture de la ville.

Il existe désormais un grand centre d’entraînement pour tous les sports en Mongolie : le Centre national d’entraînement. Il n’est pas nécessaire de venir au Centre National mais c’est beaucoup plus rapide et apporte une plus grande probabilité de réussite. En tant que coach, j’ai pu aider certains à faire la transition, mais travailler au sein de la Commission européenne permettra d’élargir cette compétence pour inclure le développement dans davantage de pays asiatiques. Je veux tous les aider, beaucoup d’entraîneurs aimeraient faire ce genre de travail mais ce n’est pas toujours possible. Changeons ça ! “

Quelques jours après l’annonce officielle du nouveau Comité Exécutif, lors des Championnats du Monde, un vote à voix basse a eu lieu, pour élire les membres du Comité des Nouveaux Athlètes ainsi que son Président. Le vote populaire n’a pas été une surprise et la militante autrichienne Sabrina Filsmoser a été dûment élue. Ce rôle s’accompagne d’une inclusion automatique au Comité exécutif de la FIJ et ainsi la Commission européenne a obtenu une autre femme, portant la proportion à 5 sur 27 sièges. Ceci est révolutionnaire et fait avancer la cause de la Commission d’équité de la FIJ, offrant une diversité plus représentative de l’organisation globale de la FIJ.

READ  Jimmy Roberts: Wells et le Black Center britannique et irlandais signent un contrat d'un an avec les dragons | Actualités du rugby

Sabrina est une athlète actuelle du World Judo Tour et vient d’être nominée par le Comité olympique autrichien pour ses quatrièmes Jeux olympiques, au milieu d’une carrière incroyablement compétitive. Elle travaille déjà d’arrache-pied sur la campagne de lutte contre le changement climatique de l’IJF et, comme indiqué récemment, effectue un travail humanitaire notable au Népal et au Bhoutan.


Sabrina participe aux Jeux olympiques de 2012

Sabrina était humble et enthousiaste en même temps qu’elle commentait son rendez-vous. “Je l’apprécie vraiment, pour cette opportunité de défendre et d’évoluer dans des postes de direction et de gestion, en tant que femme, de faire progresser les droits et le bien-être des femmes à travers notre sport, et d’employer nos valeurs de la meilleure façon possible.

Nous partageons tous le même esprit d’égalité, nous nous battons avec courage et humilité, et cela me rend très fier de faire partie et de contribuer à l’ensemble de la communauté du judo.

Le président autrichien du judo, Martin Boeger, a déclaré : “Nous sommes très fiers de Sabrina. Nous étions fiers de sa nomination, mais encore plus parce qu’elle a assumé le poste de présidente du comité. Elle n’est pas seulement une athlète mais semble avoir l’énergie pour un carrière sans fin et chaque aspect d’elle est inspirant.

Plusieurs membres du comité exécutif de la FIJ travailleront à Tokyo, leurs premiers Jeux olympiques dans leurs nouveaux rôles, mais c’est leur première apparition olympique complète pour l’un d’entre eux et leurs expériences précédentes combinées à cette nouvelle expérience promettent de diriger l’ensemble du judo. La famille est dans une nouvelle ère progressiste, où l’égalité des sexes est plus la norme que la campagne.


Réunion du comité exécutif de la FIJ, Budapest, juin 2021

Avoir un olympien actif à la Commission européenne est également une première pour l’IJF, et en guise de souhait, nous souhaitons à Sabrina une dernière sortie olympique sûre et réussie au milieu d’une carrière fantastique.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *