Fakebox: Le traitement réservé au leader du Sahara Occidental en Espagne agace le Maroc

Brahim Khali, le nouveau secrétaire général du Front Policario et leader de la République arabe sahraouie démocratique (RASD), a répondu lors d’une conférence extraordinaire le 9 juillet 2016 au camp de réfugiés sahraouis de Takla, au sud-est de la ville algérienne de Tindou. REUTERS / Ramzi boud tina

Brahim Khali, le chef du Front Policario, qui veut l’indépendance du Sahara occidental, reçoit un traitement médical en Espagne, ce qui a provoqué la colère du Maroc en annexant l’ancienne colonie espagnole il y a des décennies.

Voici quelques faits sur la controverse:

Vacant en Espagne

Le ministre espagnol des Affaires étrangères, Aranza Gonzalez Laya, a confirmé le 23 avril que le chef du Polisario, Gali, était arrivé en Espagne d’Algérie “strictement pour des raisons humanitaires, pour un traitement médical”. L’Espagne n’a pas précisé où Cali était soigné ni divulgué des informations sur son état.

Le 25 avril, Rabat a convoqué l’ambassadeur d’Espagne et a exprimé ses explications et son inquiétude face à l’évacuation d’un hôpital espagnol, qui, dans un communiqué du 8 mai, était un “acte prémédité” qui aurait des conséquences.

Terrain

La taille de la Grande-Bretagne, avec ses réserves de phosphate et ses riches zones de pêche, est la plus faible du Sahara occidental. Il a été occupé et gouverné par l’Espagne de 1884 à 1976. Prétend que le Maroc a une revendication valable sur la zone avant l’ère coloniale. Lorsque l’Espagne est partie, le Maroc a annexé la région et a encouragé des milliers de Marocains à s’y installer.

Avant la fin de la domination espagnole, le peuple sahraoui a formé le Front Policario, qui a ensuite mené une guérilla contre le territoire marocain, avec le soutien de l’Algérie voisine.

READ  Ben Rahma met fin à la vedette de la Premier League avec West Ham United tenant Brighton et Howe Albion

Les Nations Unies ont déclaré un cessez-le-feu en 1991, contrôlant un quart du Maroc. L’accord comprenait une promesse de référendum sur l’état de la région, mais cela ne s’est pas produit en raison de différences sur la façon dont il devrait être mené et qui sera autorisé à voter.

Positions des pages

Le Maroc prétend avoir des droits séculaires sur la région et, depuis son annexion, a investi d’importantes sommes d’argent pour améliorer les conditions de vie dans cette région. Il est prêt à accorder l’autonomie au Maroc, mais pas l’indépendance.

Polycario a formé un gouvernement en 1975 dans l’Algérie voisine. Son gouvernement, la République arabe sahraouie démocratique, est membre de l’Union africaine, mais de l’ONU. Non reconnu comme État membre. Il s’est dit prêt à négocier avec le Maroc sur les moyens de tenir un référendum qui offrirait un choix entre l’indépendance, l’intégration avec le Maroc et l’autonomie gouvernementale.

L’Algérie est un allié clé de Polycario, qui garde des milliers de réfugiés sahraouis dans des camps du désert.

Trump enregistre la revendication du Maroc

En décembre 2020, le président américain Donald Trump a annoncé que les États-Unis allaient reconnaître la revendication du Maroc sur le Sahara occidental et y ouvrir un consulat dans le cadre d’un accord conclu par Rabat pour rétablir les relations diplomatiques avec Israël. La décision américaine a été vivement critiquée par le Front Policario et l’Algérie, tandis que le roi Mohammed VI a remis la plus haute distinction du Maroc à Trump. Environ 22 pays, principalement africains et arabes, ont ouvert des ambassades au Sahara occidental.

READ  Résumé des nouvelles étranges: le Français Macron dit que je ne donnerai pas mon parapluie; Récupère le Dolphin Super Bowl et choisit le premier pour gagner

Nos standards: Principes de la Fondation Thomson Reuters.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *