Film Made in Bengaluru à Cannes

Le film de 15 minutes, principalement en anglais, est une légère satire sociale regardant différentes générations d’hommes à travers les yeux d’une femme.

Le film de 15 minutes, principalement en anglais, est une légère satire sociale regardant différentes générations d’hommes à travers les yeux d’une femme.

Shruthi Raju, basé à Bengaluru, cinéaste débutant, fera partie des Indiens participant au 75e Festival de Cannes annuel dans le sud de la France. Son court métrage Quoi de neuf avec les hommes indiens? Il sera diffusé dans la vidéothèque en ligne du Court Metrage de Cannes le 25 mai pendant le festival.

Le film de 15 minutes, principalement en anglais, est une satire sociale hilarante, regardant différentes générations d’hommes à travers les yeux d’une femme.

Après avoir travaillé dans plus de 120 spectacles de théâtre originaux à travers l’Inde du Sud sous la bannière d’Underdog Entertainment, qu’elle a cofondé, Shruthi s’est récemment aventurée dans le secteur du cinéma. Le court métrage est basé sur une pièce que j’ai écrite et dans laquelle j’ai joué.

Elle dit que la pièce de 2012 du même nom a été bien accueillie par le public de tous âges.

Zack Miller, un réalisateur de documentaires américain, qui a vu la pièce, a suggéré d’en faire un film. Shruthi a démarré l’entreprise en 2021.

Le travail était difficile sans expérience cinématographique préalable. Quelqu’un jouait pour la caméra plutôt que pour le public en direct. « Au théâtre, quand tu joues devant un public, tu es très affecté par ton corps, ton regard, ta voix… mais au cinéma, il faut baisser le ton. Il faut être subtil », a-t-elle ajouté. dit.

Cependant, Shruti a apporté au film des éléments intrinsèquement théâtraux. « Nous avons un poème entrelacé entre les scènes, et ce n’est pas quelque chose que vous voyez normalement dans les films. »

Le court métrage n’est qu’un prototype pour un long métrage que vous avez l’intention de faire cette année. C’est pourquoi le montrer dans une ville était si important pour Shruthy.

« Nous aurons l’occasion de rencontrer des agents et des distributeurs du monde entier. En fait, certaines personnes de Chine et de Nouvelle-Zélande nous ont déjà contactés. »

C’est sa première visite à Cannes. Elle est passionnée par la représentation du Karnataka. Nous porterons Mysuru bêta (Turban). » Elle prévoit de regarder autant de films que possible, de participer à des ateliers de réalisation de films et d’obtenir une bonne affaire pour son film.

READ  A la veille du troisième anniversaire du mouvement, "la tension continue" en Algérie

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.