Finale de la Coupe du monde : Messi et l’Argentine affrontent la France

A ce stade, l’engagement de la France à démontrer la profondeur inégalée de ses ressources puise depuis longtemps dans le passé. Il franchit maintenant des frontières importantes.

Avant le début de la Coupe du monde, l’entraîneur français Didier Deschamps avait déjà perdu cinq joueurs sur blessure – la plupart d’entre eux étant probablement titulaires. Deschamps ne cilla pas. En voici cinq autres comme eux.

En quelques jours, un sixième joueur, Lucas Hernandez, est tombé au bord du chemin. Deschamps – un homme au comportement sérieux et maussade tempéré à peine par un rire timide et timide – n’a même pas fait semblant d’être troublé. Bien fait. Si vous voulez jouer de cette façon, il deviendra le premier entraîneur en un demi-siècle à conserver la Coupe du monde masculine malgré le fait qu’il soit joueur. Il n’a pas pris la peine de convoquer un remplaçant.

Rien de tout cela n’a arrêté la progression tranquille de la France vers une deuxième finale consécutive. Mais dire que ces départs n’ont pas affecté l’équipe de Deschamps au Qatar n’est pas tout à fait vrai. Alors que les Français n’ont pas transpiré sur le chemin des quarts de finale, ils se sont inquiétés contre l’Angleterre et le Maroc. En fait, le champion en titre était sur le pied arrière, avec de longues périodes dans les deux matchs.

La France a remporté la Coupe du monde 2018 sans frisson ; L’équipe a toujours donné le sentiment d’avoir un autre matos. Il semble avoir atteint son apogée, supprimant plusieurs acteurs clés.

READ  L'Algérie visite la Jordanie à l'occasion des journées culturelles

Contre le Maroc, la France a perdu deux autres joueurs : Adrien Rabiot et Dayot Upamecano ont tous deux contracté le virus. Il a été rapporté en France que le virus avait été contracté par des joueurs anglais lors du quart de finale, bien que les preuves de cette affirmation soient rares. (Un virus respiratoire se propage tout au long des matches à Doha ; généralement, les médecins disent que c’est la climatisation, pas le diagnostic d’au moins une unité brésilienne, mais plus d’un million de personnes ont visité la ville.)

Trois autres joueurs ont été victimes du virus dans les jours qui ont suivi la demi-finale de la France, d’où il est originaire : Raphael Varane, Ibrahim Konade et Kingsley Coman ont tous manqué l’entraînement vendredi, 48 heures avant la finale de la Coupe du monde. Ce n’est pas du journalisme de football profond de suggérer que ce n’est pas vraiment génial.

« Évidemment, ce serait mieux si cela ne se produisait pas », a déclaré Deschamps samedi, un commentaire incroyablement amer, même selon ses critères. « Nous y faisons face autant que possible. Nous essayons de prendre autant de précautions que possible, d’adapter ce qui est nécessaire et d’avancer. La France a tout fait pour atténuer la propagation, isoler certains joueurs et introduire la distanciation sociale aux autres.

En supposant que ces mesures fonctionnent, Deschamps se retrouve dans une position encore plus compliquée. Tous les joueurs malades seraient catégoriques sur le fait qu’ils pourraient se lever et jouer le dimanche matin. Ils signaleront au personnel médical français que leurs symptômes ont complètement disparu. Deschamps espère qu’ils ont raison : il ne voudrait pas aller en finale de la Coupe du monde sans ses trois défenseurs centraux de premier choix.

READ  Algérie : libérer les membres de la minorité religieuse ahmadie

Le problème est de savoir à quel point il peut se fier au témoignage de ses joueurs et à leur instinct. Les examens physiques peuvent suggérer que tout ou partie de cela est suffisant pour commencer, mais la fatigue se développe-t-elle plus rapidement que la normale ? Toujours aux prises avec les séquelles d’un virus, peuvent-ils jouer au mieux de leurs capacités dans le plus grand match de leur vie (collective) ?

S’ils ne le peuvent pas, quelles alternatives a-t-il ? La France produit aujourd’hui des joueurs à une telle échelle industrielle que si elle envoie deux équipes à la Coupe du monde, chacune d’elles est capable de tout gagner. Ce n’est pas le meilleur moment pour tester cette théorie.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *