France: la Turquie a «  délibérément  » ignoré le chef de la Commission de l’Union européenne

Le ministre français de l’Europe, Clément Boone, a déclaré dimanche que la Turquie avait tendu un « piège » à la présidente de la Commission européenne, Ursula von der Leyen, en la forçant à s’asseoir à côté lors d’une visite à Ankara, sur une fausse photo qu’il a rapidement appelée « le canapé ». .

Bonn a déclaré à RTL TV que l’échec de la présidence turque à placer une chaise pour Von der Leyen aux côtés du président Recep Tayyip Erdogan et du président du Conseil de l’Union européenne Charles Michel est « une insulte de la Turquie ».

Il a ajouté que « la Turquie s’est mal comportée », la décrivant comme un « problème turc qui a été délibérément fait à notre égard … Nous ne devons pas attiser la culpabilité parmi les Européens ».

La mise à l’écart de Von der Leyen a conduit à des accusations mutuelles de la part des capitales européennes Dinde, Mais aussi à Bruxelles.

De son côté, Ankara insiste sur le fait que l’incident est dû à un enchevêtrement de câbles entre le Conseil et la Commission, deux institutions distinctes de l’Union européenne.

Le personnel de Michel a affirmé qu’ils n’avaient pas pu se rendre dans la salle de conférence avant l’événement de mardi, mais a également souligné que le président comparaît devant le président de la commission selon un protocole international strict.

manque de respect

« C’était une sorte de piège … entre ceux qui l’ont tendu et ceux qui y sont entrés … Je préfère blâmer celui qui l’a jeté », a déclaré Pune de France.

Faisant écho à l’écho du Premier ministre italien Mario Draghi, qui a qualifié Erdogan de « dictateur » en réponse à l’incident du canapé, Pune a déclaré qu’il existe « un réel problème de non-respect de la démocratie et de déviation autoritaire en Turquie » qui devrait pousser les Européens être «très ferme avec les Turcs».

READ  Début du développement français du hockey | Actualités sportives, Indian Express

Cependant, « à l’avenir, ce serait bien s’il n’y avait qu’une seule présidence exécutive européenne », a admis Bonn.

« Nous avons besoin d’institutions européennes plus fortes. »

(Avec AFP)

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.